Accueil » Actualités » Une ville plus humaine à travers le vélo : la maison du cycliste de Guadalajara

Une ville plus humaine à travers le vélo : la maison du cycliste de Guadalajara

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

Nelly Guidici

Les imprévus du voyage nous ont menés dans une ville que nous avions pourtant décidé d’éviter. En effet, nous nous retrouvons dans la deuxième plus grande ville du Mexique : Guadalajara qui compte plus de 4 millions d’habitants. Le hasard des rencontres fait parfois bien les choses. En effet, nous sommes hébergés chez un architecte qui est aussi bénévole à la casa del ciclista (maison du cycliste) de la ville. C’est donc par l’intermédiaire de notre hôte, Florentino Navarro, que nous faisons connaissance avec le groupe de passionnés de vélo qui font vivre l’endroit par leur énergie incroyable. Faire du vélo dans une agglomération aussi grande n’est pas chose facile, mais ce collectif, parmi d’autres, souhaite changer les choses et promouvoir le vélo pour faire évoluer les mentalités.

Mario est le responsable mécanique de l’atelier communautaire de la maison du cycliste de Guadalajara. ainsi que membre du conseil éditorial du magazine Ciudad en bici (La ville en vélo). Photo: Nelly Guidici

Mario est le responsable mécanique de l’atelier communautaire de la maison du cycliste de Guadalajara. ainsi que membre du conseil éditorial du magazine Ciudad en bici (La ville en vélo). Photo: Nelly Guidici

 

Ainsi, il y a huit ans, un groupe d’amis a mis en place des tours de la ville en vélo pour les passionnés de la « petite reine ». Puis, l’idée de se réunir dans un endroit a fait son chemin. Après s’être regroupé et formé en association civile, ils ont créé la casa del ciclista de Guadalajara qui a trois fonctions principales : la première est d’offrir un endroit pour se réunir où tous les cyclistes sont les bienvenus, peu importe les différences sociales. Deuxièmement, elle offre un hébergement aux cyclotouristes de passage dans la ville. Et cet aspect fonctionne plutôt bien puisqu’en trois mois, une vingtaine de voyageurs à vélo ont posé leurs sacoches pour une nuit ou plusieurs jours. Enfin, la présence d’un atelier communautaire permet la réparation ou l’ajustement de son vélo. Lorsque des voyageurs décident de se reposer un moment dans la maison du cycliste, une contribution pécuniaire leur est demandée afin de promouvoir et d’encourager le travail fait dans l’atelier.

Échange des idées

La maison du cycliste est aussi un lieu de rencontre et de travail dans un espace commun. En effet, il y a quelques mois, le collectif a décidé de déménager dans un endroit plus grand et plus approprié qui permet d’accueillir d’autres groupes lors de réunions. Espace de travail dans un lieu social, l’échange des idées et la collaboration sont mis en avant. Jamais à court d’idées, une revue bimensuelle distribuée gratuitement est un autre projet du collectif. Ciudad en bici (La ville en vélo) traite de tout ce qui est relatif au cyclisme. Cependant, dans les prochains mois, le magazine élargira son champ de vision. Mario qui est responsable mécanique de l’atelier et membre du conseil éditorial précise : « À partir de cette année, nous avons l’ambition d’élargir la publication à d’autres thèmes parce qu’il n’est pas question uniquement de vélo. Il y a d’autres thèmes qui nous intéressent beaucoup comme l’autonomie ou la communauté. » Le collectif fait donc tout pour rendre sa ville plus humaine et ainsi promouvoir des choix de vie.

Projet en cours

Lors de notre passage à la maison du cycliste, un groupe de quinze personnes, toutes bénévoles, s’activaient à la construction d’un stationnement de vélo en face de l’atelier. En effet, cette récupération de l’espace urbain est une nécessité. Alors que seulement deux voitures pouvaient se garer, c’est maintenant un espace où quinze vélos peuvent stationner. « Nous avons récupéré cet espace, car c’était devenu une nécessité! » Florentino Navarro, l’architecte bénévole du projet, a travaillé sur la planification et a construit avec l’aide des autres bénévoles pendant deux jours. « Ma motivation dans ce projet est que ce groupe de personnes est uni et veut changer la ville de Guadalajara pour promouvoir d’autres moyens de transport plus écologiques. Elles veulent vraiment rendre la ville plus agréable », conclut-il avec un large sourire.

***
Pédale moins vite est à l’arrêt!

Alors que sa famille pédalait sur une route de montagne, le samedi 12 mars, notre correspondante Nelly Guidici s’est fait renverser par une voiture lancée à toute allure. Nelly a brièvement perdu connaissance avant d’être transportée à l’hôpital de Ciudad Hidalgo pour la nuit. Selon ses compagnons de voyage, le conducteur a pris la fuite lorsqu’il a constaté que la cycliste était inanimée. Nelly a subi quelques contusions, mais n’a rien de cassé. Elle se repose actuellement à Morelia, où elle et sa famille s’interrogent sur la suite de l’aventure. Bon rétablissement, chère Nelly.

Retrouvez le témoignage de Nelly et la reconstitution en images et en miniature de son accident sur le site pedalemoinsvite.org.

Correspondante de l’Aurore boréale et spécialiste des Premières nations du Yukon, Nelly Guidici s’est lancée sur les routes d’Amérique avec son conjoint et leur petite fille. Retrouvez chaque mois son carnet de voyage dans les pages de votre journal communautaire ainsi que sur son blogue.

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0


Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *