Accueil » À la une » Une PVTiste contribue à la promotion du Canada

Une PVTiste contribue à la promotion du Canada

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

Françoise La Roche

Écouter Laetitia Lamarcq parler de son expérience de PVTiste au Canada équivaut à découvrir la passion à travers les mots. Cette jeune PVTiste a passé un an et demi au Canada et est littéralement tombée en amour avec le pays, le Yukon et ses habitants.

La germination d’un projet

« Quand j’étais au Canada, nous dit Laetitia, je tenais un blogue. Je faisais déjà partie de l’association Aventure du bout du monde qui publie un magazine tous les mois qui s’appelle Globe-Trotter. Ils m’ont contactée pour me demander d’écrire un article pour le magazine. C’est un article dans lequel je raconte mon hiver au Yukon. »

Laetitia Lamarcq a exprimé son souhait d’aller plus loin que l’écriture d’articles sur son blogue. Elle demande au responsable du magazine s’il pense qu’un éditeur pourrait soutenir un livre qui raconterait son aventure au Canada. Il lui donne deux ou trois contacts et termine la conversation téléphonique.

Rien ne semble impossible pour Laetitia Lamarcq, même voler au dessus du lac Kluane. Photo : Émilie Migeon

Rien ne semble impossible pour Laetitia Lamarcq, même voler au dessus du lac Kluane. Photo : Émilie Migeon

Presque trop beau pour être vrai

À peine dix minutes plus tard, elle reçoit un message du responsable.

« Nous, on te demande un article pour notre magazine, parce qu’on a bien épluché ton blogue et qu’on aime bien ton écriture. On est aussi une maison d’édition et on publie un ou deux livres par an. Si tu as envie de faire un livre, on peut être ton éditeur. Fais ton voyage, garde ça dans le coin de ta tête et en rentrant en France, on se rencontre à Paris et on discute de ce qu’on peut faire ensemble. »

Première rencontre de travail

Dès son retour en France, Laetitia prend rendez-vous avec son futur éditeur. D’emblée, elle explique ce qu’elle aimerait publier comme livre. « Je lui ai dit que je n’avais pas dans l’idée de faire un guide. Je veux raconter mon histoire, mais j’aimerais bien un format mixte. J’aimerais insérer des témoignages d’autres voyageurs. Il faudrait aussi des photos, des dessins et des pages d’information pratique. »

Sommaire du livre

La première partie se concentrera sur les préparatifs et l’aspect psychologique du départ, du changement de vie qui s’amorce. On y trouvera aussi de l’information pratique sur les visas, les moyens de se rendre au Canada et de le parcourir.

La deuxième partie racontera ses dix-huit mois de nomadisme au Canada en passant par le Québec, le Manitoba, l’Alberta, la Colombie-Britannique et le Yukon. Les aventures de Mme Lamarcq seront relatées à travers les volontariats qu’elle y a effectués. Il y aura des photos, des récits, des bonnes adresses, des choses à faire autour.

« Comme je suis restée un an au Yukon, tu imagines bien que le Yukon aura une grosse place, peut-être la moitié du livre, je n’en sais rien. Ce sera quand même dans l’émotion. Chaque fois en parallèle, il y aura des témoignages de jeunes qui ont été aussi au Yukon. »

Il y a quelques mois, Laetitia Lamarcq a lancé un appel à témoignages sur Facebook et a déjà reçu les 25 textes qui seront publiés dans le livre. Elle les insérera au fur et à mesure de son récit lorsqu’elle trouvera qu’ils appuient ce qu’elle écrit. Ils apporteront une vision différente des choses, balanceront ses propos et enrichiront le contenu.

La dernière partie portera sur la gestion du retour. Son public cible se retrouve chez les jeunes âgés de 18 à 35 ans, ceux qui demandent le permis vacances-travail, ceux qui décident de changer de vie et qui sont intéressés par le Canada.

Son message

Ce que Laetitia aimerait livrer comme message dans ce livre, c’est de l’optimisme.

« J’écris ce livre avec toutes les facettes et ce que je dis n’est pas LA vérité. C’est MA vérité, MA réalité. Vous voulez changer de vie? Même si vous êtes une fille seule, allez! On peut y aller. Lâchez vos peurs, il y a de belles choses à voir. »

Lorsqu’elle parle de son livre à venir, on sent tellement d’amour dans ses propos et une générosité grande comme le monde.

« Ce sera un hymne à la nature. Ce sera aussi sur tous les gens que j’ai rencontrés. C’est l’occasion de mettre en valeur et en lumière tous les hôtes qui m’ont accueillie et qui étaient vraiment formidables. Ça va être vraiment le récit des vingt volontariats que j’ai faits et des portraits de gens. »

Conférences et promotion

Depuis son retour en France, Laetitia n’a pas chômé. Elle a créé une antenne de l’association Aventure du bout du monde dans le Nord-Pas-de-Calais. Elle organise des conférences, des sorties, un festival l’an prochain.

De plus, elle a été invitée par l’Ambassade du Canada à Paris à témoigner de son expérience lors de la Semaine canadienne au mois de juin. Cet événement a pour but de donner de l’information sur la mobilité au Canada, l’immigration, les différents visas, de quelle façon vivre et travailler au Canada, etc.

Tous ces projets contribuent à lui garder la tête et l’esprit au Canada.

« Je ne mets pas une croix sur la France, mais je n’en ai pas fini avec le Canada. Je ne suis pas prête à le lâcher, je pense! »

Si vous désirez un avant-goût de son livre qui devrait sortir au printemps 2016, allez lire son blogue.

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0


Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *