Accueil » À la une » Une journée pour dire non à la fracturation hydraulique

Une journée pour dire non à la fracturation hydraulique

Janice Durant

Plus de 150 personnes ont participé à l’événement Global Frackdown contre la fracturation hydraulique par un samedi après-midi venteux à Whitehorse, l’une des 250 villes du monde enregistrées à cette manifestation.

Les gens se sont d’abord réunis devant l’édifice Elijah Smith sur la rue Main pour écouter quelques paroles de gens impliqués avant de se rendre au Centre Kwanlin Dün pour une présentation.

Éli et Gigi étaient parmi les participants à l’événement « Global Frackdown » de Whitehorse. Surprises par la caméra lors du défilé le long de la 2e Avenue, elles nous ont vite fait une petite pose sans manquer un battement. Photo : Janice Durant

Éli et Gigi étaient parmi les participants à l’événement « Global Frackdown » de Whitehorse. Surprises par la caméra lors du défilé le long de la 2e Avenue, elles nous ont vite fait une petite pose sans manquer un battement. Photo : Janice Durant

Un membre du groupe Yukoners Concerned About Oil & Gas Exploration and Development (Yukonnais préoccupés par l’exploration et le développement pétroliers), a pris la parole en premier, haut-parleur en main. Une des idées principales qu’il a voulu partager était l’importance de dire non au gaz naturel liquéfié (GNL) parce que ce dernier implique décidément la dangereuse fracturation hydraulique.

Lorsque Kate White, députée du NPD, a pris la parole, elle l’a fait en solidarité avec les gens de Elsipogtog au Nouveau-Brunswick, communauté qui, en tentant de prévenir la fracturation hydraulique par des manifestations et des barrages, vient de subir de violentes répercussions de la part de la GRC.

Mme White a aussi mentionné les effets positifs des actions locales du printemps 2012 lorsqu’un groupe de gens a réussi à changer la conversation de « quand allons-nous faire l’exploration? » à « si nous allons faire l’exploration » dans la région de Whitehorse.

Un petit groupe de musiciens a guidé la foule enthousiaste avec une variation de la chanson populaire Hit the road, Jack (Hit the Road, Frack). Munis de pancartes et d’instruments, les gens ont défilé tout en saluant les voitures qui leur offraient leur soutien en klaxonnant.

Rendus au Centre Kwanlin Dün, une fois réchauffés avec thé et café, les gens ont dégusté un goûter de chili pendant que les musiciens Claire Ness et Kevin Barr jouaient. Avant de commencer, Mme Ness a proclamé son admiration pour l’Islande, pays qui a réussi à se sortir de l’emprise pétrolière en subvenant à tous ses besoins énergétiques de façon géothermique.

Jacqueline Vigneux a travaillé fort pour nourrir les gens lors de l’assemblée au Centre Kwanlin Dün. Elle porte fièrement le macaron de son fils lorsqu’il avait 4 ans avec le message « On protège ce qu’on aime ». Photo : Janice Durant

Jacqueline Vigneux a travaillé fort pour nourrir les gens lors de l’assemblée au Centre Kwanlin Dün. Elle porte fièrement le macaron de son fils lorsqu’il avait 4 ans avec le message « On protège ce qu’on aime ». Photo : Janice Durant

L’ancienne députée et chef de la Nation Vuntut Gwitchin, Norma Kassi, a reçu une ovation après un court discours qui a résumé sa bataille de 23 ans contre le forage dans la Réserve faunique nationale de l’Arctique (ANWR).

En écoutant quelques autres orateurs, on a appris que quelques communautés et groupes tels que Mont Lorne et le Conseil des Premières nations du Yukon ont récemment passé une résolution interdisant la fracturation hydraulique au Yukon.

La présentation de Jean-Paul Pinard contenait plusieurs faits et vidéoclips tous avec un message en commun : la fracturation hydraulique n’est pas une option valide. Les dangers de cette méthode ont été clairement détaillés et les ruses de l’industrie dévoilées, ruses telles qu’utiliser des termes « verts » pour décrire positivement la fracturation hydraulique, ou la flagrante omission de données démontrant les impacts négatifs sévères.

« C’est à ce genre de chose que nous faisons face, nous dit M. Pinard, mais nous sommes intelligents et nous sommes capables. Il est nécessaire et possible de passer à l’énergie renouvelable, il s’agit simplement de s’informer, de partager le message et de dire à notre gouvernement ce que nous voulons. »

M. Pinard présentera des solutions énergétiques possibles au prochain « TED x » à Whitehorse le 23 novembre 2013.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *