Accueil » À la une » Une étudiante en droit séduite par le Yukon

Une étudiante en droit séduite par le Yukon

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

Olivier de Colombel

À 23 ans, Geneviève Claveau a déjà un C.V. qui impressionne et des projets plein la tête. Elle est actuellement stagiaire francophone à la Commission des droits de la personne. Portrait d’une brillante étudiante en droit, de passage au Yukon.

Geneviève Claveau à Haines Junction, à la découverte du Yukon. Photo : Laurette Sylvain

Geneviève Claveau à Haines Junction, à la découverte du Yukon. Photo : Laurette Sylvain


Aurore boréale : Comment as-tu choisi le Yukon?

Geneviève Claveau : Une amie est venue travailler au Yukon durant l’été 2015, c’est donc grâce à elle que je suis venue ici. Elle m’en a tellement parlé, me disant que c’était une expérience à vivre absolument.

A. B. : Peux-tu nous raconter un peu ton parcours?

G. C. : J’ai obtenu mon baccalauréat en droit civil de l’Université de Montréal en 2015, puis mon juris doctor en common law de la Osgoode Hall Law School à Toronto en 2016. J’ai réussi les examens des barreaux du Québec et de l’Ontario et commencerai donc mon stage de formation professionnelle en juin prochain à la Cour d’appel du Québec. Le stage que j’effectue présentement à la Commission est une initiative personnelle. Je souhaitais en apprendre plus sur les droits de la personne et étais décidée à venir faire l’expérience du Yukon.

A. B. : As-tu trouvé un stage facilement?

G. C. : Oui. Je cherchais un stage qui serait dans mon champ d’études. J’ai juste écrit à la Commission des droits de la personne du Yukon, j’ai été chanceuse, ils avaient besoin d’aide à ce moment-là.

A. B. : Quelles sont tes tâches à la Commission durant ces trois mois de stage?

G. C. : Je fais de la recherche légale, je rédige des mémos et des politiques de travail, je suis aussi responsable de certaines enquêtes. Je trouve que la ville de Whitehorse est vraiment une belle mosaïque culturelle. Ça rend le travail sur les droits de la personne très intéressant.

A. B. : Peux-tu nous en dire un petit peu plus sur les services proposés par la Commission des droits de la personne au Yukon?

G. C. : Les services peuvent être offerts en français, au besoin. Notre coordonnatrice des communications et des programmes éducatifs, Emma Hanes, se fait également un plaisir d’offrir des ateliers de formation et de produire du contenu éducatif en français, sur demande. Par exemple, le 16 février dernier, Emma a organisé une présentation sur les droits de la personne en collaboration avec l’AFY.

A. B. : Comment vis-tu ton expérience au Yukon jusqu’à présent?

G. C. : Je trouve ça fantastique ici, la lumière boréale est magnifique, c’est énergisant, c’est si pur. J’aime beaucoup le plein air, c’est pour ça que le Yukon m’a tellement attirée. Je sens déjà que j’ai eu un gros coup de cœur, je me suis attachée aux personnes, mais aussi à l’environnement. C’est tellement beau. Je ne me lasse vraiment pas de regarder les montagnes, je ressens un émerveillement constant. Je sens déjà que ça va être difficile de repartir après mon stage, je songe déjà à revenir, que ce soit pour le plaisir ou pour le travail.

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *