Accueil » À la une » Un regroupement d’artistes yukonnais

Un regroupement d’artistes yukonnais

Marie-Hélène Comeau

La galerie coopérative Yukon Artist at Work (YA@W) offre aux artistes yukonnais de prendre en main leur carrière et de faire découvrir leur talent.

Les artistes membres de la galerie coopérative Yukon Artist at Work préparent les lieux pour la période de Noël. De gauche à droite : Sandra Grace Storey, Virginia Wilson, Nicole Bauberger, Susanne Hausermann et Joyce Majiski avec la contribution canine de Etsy Black Jack.
Source : Marie-Hélène Comeau

Créée en 2003, à l’initiative d’une poignée d’artistes yukonnais, la galerie coopérative offre depuis 15 ans la possibilité de découvrir une grande variété de talents locaux.

« Il n’avait pas été difficile de trouver des artistes à l’époque qui étaient intéressés au projet », confie l’artiste Joyce Majiski, une des membres fondatrices de la coopérative qui s’empresse de souligner qu’il s’agit de la première et toujours de la seule coopérative d’artistes au territoire.

Aujourd’hui, on compte 22 artistes qui s’impliquent activement dans le fonctionnement de la galerie d’art qui est entièrement gérée et opérée par ses membres.

« Nous avons différents comités. Nous essayons d’utiliser ainsi les forces de chacun », explique Nicole Bauberger, présidente de l’organisme. « Ce nombre réduit de membres force chacun à travailler plus d’heures pour la galerie. Puisque tout le monde doit s’impliquer, ça donne un sentiment plus fort d’appartenance », explique-t-elle.

La participation des artistes membres implique également quelques heures de travail par mois au comptoir de la galerie. Cette participation évite à l’organisme d’avoir recours à un employé qu’il n’aurait pas les moyens de payer et permet du même coup aux visiteurs de rencontrer un des artistes
sur place.

Les bénéfices d’un regroupement

La galerie coopérative offre exclusivement des œuvres originales d’artistes yukonnais spécialisés dans différents médiums. La galerie est également dotée d’un espace d’exposition où les nouvelles œuvres d’un des artistes membres y sont présentées.

« C’est uniquement des créateurs du Nord qui sont dans la galerie, c’est une expression du Nord, et ça aide à décrire notre caractère, nos expressions uniques et notre situation. C’est enrichissant à la fois pour l’individuel et le communautaire », confie le photographe Marten Berkman, membre de l’organisme depuis sa fondation.

Au-delà de cette visibilité, la galerie coopérative devient un lieu de rencontre et d’échange pour des artistes qui travaillent souvent seuls en studio.

« Ça me permet d’avoir de la rétroaction de mes pairs. Le fait que YA@W soit une galerie coopérative permet aux artistes de tout connaître du fonctionnement de la galerie. L’échange qui existe entre les membres est très inspirant et riche en découvertes, conseils et expériences partagées », confie Françoise La Roche, qui s’est récemment jointe à l’organisme.

Cent fois, sur le métier remettez votre ouvrage

Au fil des ans, les lieux abritant la galerie coopérative se sont multipliés avant de la retrouver à son emplacement actuel, c’est-à-dire sur la 4e Avenue.

« La galerie a d’abord été située à MacRae, puis dans le quartier industriel avant de déménager ici », explique la présidente de l’organisme, Nicole Bauberger.

En déménageant au centre-ville de Whitehorse, la galerie coopérative jouit pour la première fois depuis sa création d’une belle visibilité. Malgré un espace plus restreint que ceux des emplacements précédents, les membres usent de créativité afin de renouveler constamment les lieux.

« L’intérieur de la galerie change souvent. Nous travaillons de façon intuitive en faisant circuler les œuvres de façon fluide. Les visiteurs peuvent alors découvrir des nouvelles œuvres à chacune de leur visite », confie Nicole Bauberger.

Le mois de décembre s’ouvrira sur une exposition collective de Noël sur le thème des étoiles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *