Accueil » Actualités » Un quatrième roman pour Marie-Claire Cohé

Un quatrième roman pour Marie-Claire Cohé

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

Françoise La Roche

Certaines personnes qui vivaient au Yukon en 2008 doivent se souvenir du départ de la famille Cohé. Une caravane composée d’un campeur et de quelques voitures emmenait Marie-Claire et Jean-Pierre Cohé et leurs cinq enfants vers l’Est. Installée à Moncton au Nouveau-Brunswick depuis sept ans, Marie-Claire Cohé s’adonne dorénavant à l’écriture. Ça faisait longtemps qu’elle y pensait.

« J’ai un esprit assez inventif », explique Marie-Claire. « J’ai développé cette imagination lorsque j’étais enfant. J’avais quatre frères et ils ont tous quitté la maison quand j’avais 5 ans. Je me suis retrouvée seule avec ma mère. Je me suis beaucoup ennuyée. C’est là que j’ai commencé à m’inventer des histoires. »

Relever le défi

Un jour, elle a dit à ses filles qu’une histoire, c’était facile à écrire. Le plus compliqué, c’était d’être publié. Celles-ci l’ont mise au défi d’en écrire une. Elle s’est donc attelée à la tâche pour coucher sur papier ce qui germait de son imagination. C’est comme ça qu’elle a pondu son premier roman et elle y a pris du plaisir. Elle a envoyé son texte à La Plume de l’Argilète qui avait lancé un concours en France. Elle a remporté le premier prix et son histoire a été publiée. Puis elle en a écrit un deuxième, et un troisième, Les ailes brisées qui s’est vendu à plus de 1 500 exemplaires.

« J’étais toujours publiée en France. Ce n’était pas facile pour aller faire de la promotion », raconte celle qui écrit sous le nom de plume Marie Liondor. « Je ne pouvais pas me déplacer. On ne trouvait pas mes livres au Canada. »

Son quatrième roman, Le Grand Chaos, elle a décidé de le présenter aux Éditions l’Interligne d’Ottawa qui l’a accepté. L’histoire ravira les lecteurs à la recherche d’une aventure entre le fantastique et la science-fiction.

Laisser l’histoire naître par elle-même

L’auteure avoue ne pas être très structurée dans son écriture. Au départ, elle a une idée en tête, mais contrairement à plusieurs auteurs, aucun plan.

« Moi, je marche beaucoup au feeling. Je commence et j’embarque au fur et à mesure de mon histoire. J’ai une base au départ, mais tout ce qui peut arriver tout au long du livre, c’est vraiment une improvisation. »

Le Yukon dans le cœur

Le couple Marie-Claire et JeanPierre Cohé caresse un projet pour sa retraite. Revenir au Yukon en traversant le Canada dans leur campeur.

Mais « pas pour y vivre, car la noirceur est trop difficile. » « Je m’ennuie des aurores boréales. Je m’ennuie des longues journées et de la beauté du Yukon. Quand tu as vécu au Yukon, tu l’as toujours dans ton cœur. Une fois que tu as vécu au Yukon, tu ne peux pas l’oublier, c’est impossible. »

Qui sait si cette nostalgie du Yukon n’inspirera pas Marie-Claire pour sa prochaine histoire?

Le Grand Chaos, Marie Liondor, Éditions L’Interligne, 2015, 368 p.

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0


Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *