Accueil » Actualités » Trois bonnes pratiques pour prévenir un incendie résidentiel

Trois bonnes pratiques pour prévenir un incendie résidentiel

Kelly Tabuteau

La Semaine de la prévention des incendies domestiques, axée cette année sur la sécurité dans les cuisines, s’est tenue du 4 au 10 octobre derniers. La division de la Sécurité publique du gouvernement du Yukon et le Service d’incendie de la Ville de Whitehorse ont organisé de nombreuses activités de sensibilisation.

Gilbert Bradet est le président de l’entreprise Nordic Fire Protection. Il pose ici dans les nouveaux locaux de l’entreprise, à Porter Creek.
Photo : Kelly Tabuteau

 

Sept jours consacrés à la prévention incendie, c’est bien, mais une campagne annuelle sur la question serait encore plus bénéfique selon Gilbert Bradet, président de l’entreprise Nordic Fire Protection. Cette édition de la Semaine nationale de la prévention des incendies était placée sous le signe de la sécurité dans les cuisines. Il s’agit du principal lieu où se déclarent les incendies domestiques au Canada, la plupart étant causés par l’inflammation d’aliments ou de matériel de cuisson.

Chaque année, la Semaine de la prévention des incendies est soulignée au cours de la semaine du 9 octobre, en commémoration du Grand incendie de Chicago de 1871, qui a fait plus de 250 morts et détruit pas moins de 17 400 bâtiments, laissant quelques 100 000 personnes sans foyer. La campagne vise à éduquer le grand public sur des actions simples mais importantes à mettre en place pour se protéger et assurer sa sécurité. Pour Gilbert Bradet, bien que les incidents en cuisine soient la première cause d’incendies résidentiels, il convient de porter également attention à son système de chauffage, tout comme à sa buanderie. Pour le franco-manitobain arrivé au Yukon en 2002, l’application de trois bonnes pratiques permettrait de réduire considérablement les risques. Il s’explique : « La prévention incendie est un concept difficile à vendre, car il ne se voit pas… Ça ne se voit pas que tu as sauvé une maison! Pourtant, la meilleure façon d’éteindre un feu, c’est de ne pas en avoir. » Dans le milieu de la prévention incendie depuis plus de 20 ans et capitaine de la brigade aéroportuaire Aircraft Rescue and Fire Fighting, M. Bradet sait de quoi il parle.

Entretien et apprentissage

Le premier conseil que donne M. Bradet est d’entretenir ses installations. Dans la cuisine, il faut demeurer vigilant dès qu’une cuisson commence. Une marmite ne devrait jamais rester sans surveillance. Pour le système de chauffage, c’est la maintenance annuelle de la cheminée du poêle à bois qui ne devrait pas jamais être omise. Quant à la buanderie, le risque se situe au niveau de la sécheuse : le filtre à charpie devrait être vidé après chaque cycle.

Selon l’expert, il est aussi important de s’éduquer. « Il ne faut surtout pas tenter d’éteindre un feu d’huile de cuisson avec un verre d’eau », explique-t-il. Il existe trois types de feu et chacun nécessite d’être éteint d’une manière particulière. « Par exemple, si vous voyez des flammes bleues sortir de votre téléviseur, vous êtes face à un type C, un feu électrique. Commencez alors par couper la source d’énergie et vous transformez ce feu en type A. » Conscients que chaque ménage n’a pas nécessairement les moyens de se procurer trois extincteurs différents, les fournisseurs ont développé des extincteurs passe-partout qui conviennent à tous les usages.

Préparation

Comme M. Bradet le précise, « acheter un extincteur, c’est bien, mais encore faut-il le maintenir en état de fonctionnement. Beaucoup de gens ne savent pas qu’il faut faire inspecter l’objet annuellement ou encore que l’outil est non-réutilisable, aussi minime soit la première utilisation. » Pour être prêt à réagir adéquatement à un incendie, il est important de connaître l’emplacement de son extincteur et savoir s’en servir, de vérifier le fonctionnement des détecteurs autonomes de fumée et de mettre en place un plan d’évacuation.

Ces quelques mesures simples, mais souvent négligées par la population, permettent d’éviter des accidents aux conséquences désastreuses. « Avec Halloween et Noël qui approchent, conclut le président de Nordic Fire Protection, il faut aussi faire attention à la surchauffe électrique… Ne pas brancher toutes les guirlandes sur une seule multiprise ou sur un seul circuit. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *