Accueil » Actualités » Tourisme créatif : une initiative d’un genre nouveau

Tourisme créatif : une initiative d’un genre nouveau

Olivier de Colombel

C’est l’histoire d’une coopération entre deux artistes yukonnaises : Sylvie Binette, passionnée de culture et de patrimoine naturel qui vit au Yukon depuis 30 ans, et Helen O’Connor qui fabrique du papier à la main. À l’aide de fibres naturelles venant du Yukon et d’ailleurs, Helen crée ses œuvres à partir de cette matière.

Durant tout l’été, les deux artistes proposent aux touristes une expérience originale intitulée « Creative Clay Cliffs Experience ». Lors d’un de ses nombreux voyages, Sylvie Binette a découvert il y a quelques années le concept de « Tourisme créatif ». Gardant l’idée dans un coin de la tête en attendant le moment opportun pour tenter l’expérience ici à Whitehorse, le printemps dernier, la rencontre avec Hélène O’Connor lors d’un atelier de création de papier a été l’élément déclencheur.

Mais avant tout, qu’est-ce que le Tourisme créatif?

Le Tourisme créatif, secteur en pleine expansion, réunit de plus en plus d’adeptes à travers le monde. Il s’adresse à des touristes désireux de réaliser une activité artistique et créative qui leur permettra de découvrir à la fois la culture de leur lieu de séjour, tout en vivant des moments privilégiés avec ses habitants.

Helen O’Connor, dans son studio de la rue Black. Photo: Monique Romeiko

Helen O’Connor, dans son studio de la rue Black. Photo: Monique Romeiko


Ce concept a vu le jour au début des années 2000. Crispin Raymond et Greg Richards qui ont lancé l’entreprise Creative Tourism New Zealand en 2003 l’on définit ainsi : « Un tourisme qui offre aux visiteurs l’opportunité de développer leur créativité à travers une participation active à des activités caractéristiques de leur lieu de séjour. »

« Creative Clay Cliffs Experience »

L’idée d’Helen O’Connor et de Sylvie Binette est de faire vivre une expérience en deux temps dans une même journée. Les participants partiront en randonnée pour environ une heure trente sur les falaises d’argile au-dessus de Whitehorse, où ils pourront se familiariser avec la flore locale : « L’idée est de mettre en valeur l’endroit lui-même, et donc de faire quelque chose qui est caractéristique du Yukon, comme de découvrir les plantes qui poussent ici », souligne Sylvie Binette.

Les randonneurs pourront également en apprendre sur l’histoire du fleuve Yukon, sur la géologie de la région et comprendre comment ces falaises se sont formées.

Sylvie Binette explique : « L’interprétation, ce n’est pas juste passer l’information, c’est aussi passer une expérience, expliquer pourquoi les falaises sont ici. Que s’est-il passé? Que voyons-nous maintenant? » Et elle ajoute : « Je donne aussi un petit tournure artistique à la randonnée, en incluant les sens du toucher, de l’ouïe, de l’odorat, etc. »

Après la randonnée, retour au studio d’Helen O’Connor sur la rue Black, où les participants pourront exprimer leur créativité, inspirés par l’expérience qu’ils viennent de vivre. Helen O’Connor explique : « C’est une expérience qui engage les participants, ils peuvent créer quelque chose qu’ils peuvent rapporter comme un souvenir, que ce soit à propos de la végétation, de la géologie, ou de l’histoire. Je partage avec eux ma pratique d’artiste fabricant de papier. Nous pouvons explorer ensemble l’expérience de leur randonnée à travers un média créatif. Cela peut être une carte postale qu’ils peuvent partager avec leurs amis et leur famille par exemple, ou un petit journal de voyage. » Et elle ajoute : « Le fait que ce studio soit un studio d’artiste professionnel est une opportunité que les touristes n’auront peut-être pas ailleurs, et je pense que les gens aiment vraiment cette sensation de voisinage et de proximité. »

Un marché touristique en évolution

L’engouement croissant des touristes pour cette nouvelle façon de découvrir une culture intéresse particulièrement les responsables territoriaux et les opérateurs touristiques, séduits par l’occasion d’attirer un tourisme de qualité, tout en mettant en valeur le patrimoine naturel, matériel et immatériel (ateliers), et en en optimisant l’utilisation d’infrastructures existantes (studio, salles, etc.).

Il est vrai que le tourisme créatif peut, entre autres, créer et diversifier l’offre touristique d’une destination, aider à préserver et promouvoir le patrimoine culturel, mais aussi créer des synergies avec d’autres segments touristiques, et bien sûr accueillir un tourisme de qualité.

C’est une nouvelle forme de tourisme dans lequel les ressources naturelles, culturelles et personnelles ne sont pas exploitées, mais valorisées et optimisées, posant ainsi les bases d’un tourisme plus écologique et respectueux des écosystèmes en présence et de l’environnement.

Information et réservation : binette_sylvie@hotmail.com

Adresse : Stovepipe Paper Studio, 606, rue Black. Tarif : 145 $ p/p (taxe et Eco Art Kit inclus)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *