Accueil » À la une » Températures extrêmes : se préparer à toute éventualité

Températures extrêmes : se préparer à toute éventualité

Maryne Dumaine

Quand la vague de froid dure plus de quelques jours, mieux vaut faire face à la réalité : Impossible de rester sous les couvertures indéfiniment! Et quand il est question de sortir, que ce soit pour des activités récréatives ou pour des obligations professionnelles ou familiales, il est important de savoir prendre les devants.

Photo : Maryne Dumaine

 

Les communiqués de la GRC du Yukon sont on ne peut plus clairs : Même les personnes les plus expérimentées sont à risque lorsque le mercure touche les extrêmes du thermomètre.

Le froid, un ennemi à ne pas sous-estimer

Le 11 janvier dernier, la GRC de Ross River a reçu un appel concernant deux trappeurs qui, étant partis vers le secteur du lac Dragon, n’avaient donné aucune nouvelle. Ce n’est que le lendemain que les secours ont enfin trouvé les deux hommes à une bonne distance de leur ligne de trappe, vivants mais souffrant de blessures dues à leur exposition au froid. Leur motoneige était tombée en panne alors qu’ils se dirigeaient vers leur cabane. Ils avaient donc été immobilisés pendant sept jours.

La semaine passée, CBC racontait par ailleurs l’histoire d’automobilistes qui, étant tombés en panne sur une route isolée, ont mis le feu à leur véhicule afin de se réchauffer en attendant que quelqu’un passe sur leur chemin et puisse les secourir.

Au Yukon, ces situations exceptionnelles sont une réalité. Mieux vaut prévenir que guérir.

Quelques conseils

Le gouvernement du Canada propose sur son site Web.preparez-vous.gc.ca quelques conseils à prendre en considération, notamment lorsqu’on s’apprête à parcourir une certaine distance, que ce soit à pied ou à l’aide d’un véhicule.

– Porter attention aux prévisions météorologiques, en tenant compte du facteur vent (refroidissement éolien) : meteo.gc.ca.

– S’habiller chaudement : les couches superposées restent le meilleur moyen d’affronter le froid. Une couche extérieure résistante au vent est également de rigueur. Rappel amical aux adolescents : chapeau, mitaines ou gants, foulard ou masque ne sont pas un luxe mais bien des éléments sécuritaires par ces températures! De même que de porter des chaussures chaudes et imperméables.

– Lorsque le refroidissement éolien est important, mettez-vous à l’abri du vent et limitez le temps que vous passez à l’extérieur.

– Rester au sec. Des vêtements mouillés refroidissent rapidement le corps. Si vous transpirez, retirez les couches de vêtement extérieures ou ouvrez légèrement votre manteau, sans pour autant exposer votre peau.

– Marcher, courir ou rester en mouvement vous réchauffera en produisant de la chaleur corporelle.

– Surveillez les signes de gelure et d’hypothermie.

– Assurez-vous que les membres âgés de votre entourage sont suffisamment confortables et qu’ils ont assez de provisions alimentaires, particulièrement s’il fait très froid.

– Par ailleurs, il est bon de savoir que la consommation d’alcool, de tabac et de certains médicaments augmente la sensibilité au froid.

Gelure et hypothermie

Avoir froid sur une période prolongée peut entraîner une chute de la température corporelle (inférieure à la normale, qui est de 37 °C). C’est ce qu’on appelle l’hypothermie. Les signes à détecter : tremblements, confusion et perte de contrôle musculaire. L’hypothermie peut s’aggraver jusqu’à mettre la vie en danger.

Si le réseau cellulaire est disponible, le 911 est dès lors de rigueur afin de permettre à la personne de recevoir au plus vite des soins médicaux. Les autorités recommandent d’étendre la personne et d’éviter de la déplacer brusquement, particulièrement si elle est inconsciente, et de l’amener à l’abri. Si des sources de chaleur sont disponibles, il est également recommandé de retirer les vêtements mouillés et de réchauffer la personne graduellement et lentement.

En cas de gelure, condition grave dans laquelle la peau et les tissus sous-jacents sont gelés (engourdissement, peau blanche, cireuse et dure au toucher), les gestes de premiers soins sont délicats. L’aide médicale est requise au plus vite. Mieux vaut ne pas frotter la zone, mais plutôt la réchauffer graduellement, en utilisant la chaleur du corps.

Le maître mot : planifier

La GRC, quant à elle, émet quelques conseils additionnels.

Avant tout, dressez un plan et dites toujours à quelqu’un où vous allez et quand vous pensez être de retour. Avoir une trousse d’urgence et de survie à garder sur soi est aussi recommandé. Cette trousse pourrait inclure un dispositif de repérage GPS, des denrées non périssables et de l’eau dans un contenant ne risquant pas de se casser en gelant ainsi que de quoi allumer un feu et des vêtements supplémentaires.

Enfin, si quelque chose tourne mal, il est préférable de rester sur place. Cela facilitera la tâche des équipes de secours en cas de recherches.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *