Accueil » À la une » Suzanne Picot, timbres du monde et courtepointes

Suzanne Picot, timbres du monde et courtepointes

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook7Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

Thibaut Rondel

Le vernissage de l’exposition Packrat’s Dilemma de Suzanne Picot a eu lieu le 10 septembre à la galerie communautaire du Centre des arts du Yukon. Habitant dans une petite cabine de Carcross depuis plus de quinze ans, cette Franco-Yukonnaise originaire du Nouveau-Brunswick se trouve être une grande collectionneuse. Au fil de ses voyages, elle a ainsi réuni des milliers de timbres et d’étiquettes de vêtements qu’elle a aujourd’hui choisi de présenter sous une forme originale. Meubles et objets du quotidien ont ainsi été recouverts de centaines de petites vignettes colorées, tandis que d’imposantes courtepointes sont nées d’un minutieux travail de couture des étiquettes.

À l’endos de l’une de ses courtepointes, Suzanne Picot a cousu les couleurs de l’Acadie, sa région d’origine. Le drapeau est parsemé de boutons, à l’image des couvertures traditionnelles des Tlingit de Carcross. Photo : Thibaut Rondel

À l’endos de l’une de ses courtepointes, Suzanne Picot a cousu les couleurs de l’Acadie, sa région d’origine. Le drapeau est parsemé de boutons, à l’image des couvertures traditionnelles des Tlingit de Carcross. Photo : Thibaut Rondel

« J’aime beaucoup les timbres et les étiquettes qui sont comme des petits morceaux d’art qui me rappellent mes voyages », explique Suzanne Picot. « Quand on y réfléchit, ce sont aussi des affaires qui commencent à disparaître. Comme je vis dans une petite cabine où il n’y a pas beaucoup d’espace, je voulais faire quelque chose d’utile avec mes collections et c’est pour cela que j’ai couvert des meubles et fait des couvertures. »

Le petit format de ces images a permis à l’artiste de les collecter facilement au fil de ses pérégrinations, mais aussi de les conserver dans sa petite maison de Carcross. Les œuvres sont désormais mises en vente. Pourtant, Suzanne Picot ne regrette pas de se séparer de ses collections d’images.

« Ça fait une quinzaine d’années que je vis dans une petite cabine et il y avait beaucoup de choses que je voulais passer à d’autres personnes », explique-t-elle. « Il fallait que je sois honnête avec moi-même pour me convaincre de regrouper mes affaires et de commencer à créer quelque chose. C’était le bon temps, et une fois que ce sera parti, j’aurai de l’espace supplémentaire pour d’autres affaires et d’autres projets. »

Sa prochaine idée : transformer sa collection de boîtes de cigares en petites valises.

« Ça prend de la place dans une cabine, mais elles sont très jolies et ne coûtent pas cher, alors je veux les changer en petites valises », dit-elle.

L’exposition Packrat’s Dilemma sera visible jusqu’au 29 septembre.

Neil Graham présentait quant à lui l’exposition Shaping Haida Gwaii qui sera visible jusqu’au 21 novembre. Une centaine de personnes ont assisté à sa présentation. Photo : Thibaut Rondel

Neil Graham présentait quant à lui l’exposition Shaping Haida Gwaii qui sera visible jusqu’au 21 novembre. Une centaine de personnes ont assisté à sa présentation. Photo : Thibaut Rondel

La soirée de vernissage a également été l’occasion de présenter au public une série d’œuvres réalisées par l’artiste yukonnais Neil Graham. Intitulée Shaping Haida Gwaii, la collection de peintures sera exposée dans la grande galerie du Centre des arts jusqu’au 21 novembre.

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook7Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0


Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *