Accueil » À la une » Stephen Harper annonce plusieurs mesures au Yukon

Stephen Harper annonce plusieurs mesures au Yukon

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

Thibaut Rondel

Le premier ministre et chef du Parti conservateur, Stephen Harper, était de passage à Whitehorse les 3 et 4 septembre derniers. Dans le cadre de la campagne électorale fédérale, M. Harper a notamment annoncé une série de mesures censées soutenir la conservation de l’environnement et la communauté des amateurs de plein air au Yukon.

Le candidat conservateur a ainsi promis qu’en cas de réélection, son gouvernement accorderait un financement de 9 millions de dollars sur trois ans au programme Destination Canada, afin de promouvoir auprès du marché américain la pêche, la chasse et la motoneige au Yukon.

Stephen Harper a tenu sa conférence de presse au hangar de la société Trans North Helicopters. Le député du Yukon, Ryan Leef, a introduit le discours du premier ministre devant une assemblée principalement constituée de membres de l’Association conservatrice du Yukon. Photo : Thibaut Rondel

Stephen Harper a tenu sa conférence de presse au hangar de la société Trans North Helicopters. Le député du Yukon, Ryan Leef, a introduit le discours du premier ministre devant une assemblée principalement constituée de membres de l’Association conservatrice du Yukon. Photo : Thibaut Rondel

M. Harper a par ailleurs annoncé vouloir financer un programme de conservation de la faune afin de protéger l’habitat des espèces visées par les chasseurs et les trappeurs du territoire. L’adoption d’un permis de chasse familial pour les oiseaux migrateurs compte également parmi les projets du Parti conservateur qui souhaite par ailleurs autoriser les Yukonnais à chasser à l’arbalète. Au chapitre des armes de chasse, le candidat Harper n’a d’ailleurs pas manqué de réaffirmer la volonté de son gouvernement de rejeter le rétablissement du registre des armes d’épaule, qui selon les conservateurs, pénalise les Canadiens ruraux.

Retour de l’armée à Whitehorse

En parallèle de cette série de mesures, le premier ministre a annoncé vouloir créer au Yukon une unité de réserve des Forces armées canadiennes. Selon le communiqué de presse du Parti conservateur, une unité de la Première réserve au Yukon permettra de protéger et de renforcer la souveraineté du Canada dans le Nord et de créer des liens plus solides entre les Forces armées canadiennes et la population du territoire.

« Notre gouvernement traite le rétablissement de la capacité militaire du Canada en priorité depuis son entrée en fonction », a fait savoir Stephen Harper. « L’établissement d’une unité de réserve au Yukon va beaucoup améliorer la capacité des Forces armées canadiennes dans le Nord, dans le cadre de leur mission consistant à défendre la souveraineté du Canada. »

Spécialisée dans les techniques de survie dans le Nord, cette unité militaire aura notamment pour mission d’intervenir en urgence en cas de catastrophe naturelle et de feux de forêt. Elle devra également offrir un soutien aux Rangers canadiens basés au Yukon et rétablir le lien armée-nation au territoire.

La dernière présence militaire au territoire remonte à 1968 lorsque le Régiment du Yukon avait été démantelé par le gouvernement libéral de l’époque. Le mois dernier, Stephen Harper avait annoncé que si son gouvernement était réélu, les effectifs de Première réserve seraient portés à 30 000 soldats, contre 24 000 à l’heure actuelle.

Interrogé sur la loi S-6

Autorisés à ne poser qu’une seule question à Stephen Harper, les journalistes des médias locaux se sont concertés pour interroger le premier ministre sur la loi S-6 sur l’amélioration de la réglementation au Yukon et au Nunavut. Visant à encourager les industries à s’implanter dans le Nord, cette loi vient modifier le processus d’évaluation environnementale et socioéconomique au Yukon.

Convaincues que les changements apportés constituent une offense à l’accord-cadre définitif sur leurs revendications territoriales, trois Premières nations du Yukon ont annoncé début septembre qu’elles allaient intenter un procès au gouvernement fédéral.

« Le projet de loi S-6 a été adopté par une majorité à la Chambre des communes, au Sénat. Ce projet de loi a été appuyé fortement par le gouvernement du Yukon et nous avons fait cela parce que c’est nécessaire d’avoir des processus environnementaux modernes, pas seulement pour l’industrie, mais aussi pour la conservation », a répondu le premier ministre. « Évidemment, il y en a certains qui se sont opposés, mais je ne peux pas faire de commentaires sur des processus qui seront devant les tribunaux. »

Certain de son bon droit dans ce dossier, le premier ministre n’envisage donc pas de règlement amiable, et l’affaire se jouera très certainement devant la cour. Selon lui, les amendements à la loi ont d’ailleurs été apportés à la demande du gouvernement territorial de Darrell Pasloski, et reflètent donc la position d’une vaste majorité de Yukonnais.

Le premier ministre du Yukon s’est pour sa part avoué déçu que l’affaire doive se jouer devant les tribunaux, précisant que des occasions de négociations avaient été offertes au printemps dernier aux Premières nations. Darrell Pasloski est par ailleurs resté évasif sur l’origine des quatre amendements controversés, se contentant de rappeler qu’il s’agissait d’une problématique fédérale, et que l’implication du gouvernement territorial se limitait à apporter des commentaires.

Le premier ministre est arrivé le jeudi 3 septembre à l’aéroport de Whitehorse, où il a été accueilli par des militants du parti. Il a ensuite effectué une visite à la brasserie Yukon Brewing en compagnie du député conservateur Ryan Leef. Celui-ci se représentera pour un nouveau mandat lors des élections fédérales le mois prochain.

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0


Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *