Accueil » Actualités » Sous la piscine, on filtre

Sous la piscine, on filtre

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook2Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

Pierre Chauvin

Du 15 août au 7 septembre prochain, la piscine du Centre des Jeux du Canada sera fermée pour l’entretien annuel. Derrière cette nouvelle banale se cache l’entretien d’une installation massive et complexe. La piscine du Centre des Jeux du Canada est ouverte à longueur d’année et c’est plus d’un million de mètres cubes d’eau qui doivent être filtrés chaque jour.

« Chaque année, on arrête pour faire de l’ouvrage qu’on ne peut pas faire durant l’année », explique Patrick Landry, responsable du complexe. « Ce n’est jamais 100 % parfait, mais ça nous permet de ne pas avoir à fermer plus tard. Au lieu d’attendre qu’il y ait un bris, les équipes préfèrent de l’entretien préventif. Quand on a des arrêts de services, ça n’aide pas la population et on n’est pas content », explique Patrick Landry.

Le système de filtration de la piscine du Centre des Jeux du Canada. Photo : Pierre Chauvin

Le système de filtration de la piscine du Centre des Jeux du Canada. Photo : Pierre Chauvin

 

Sous la piscine se trouve le système de filtration et de purification d’eau. Trois salles forment la plus grande partie de ce système. La quasi-pénombre et le bruit continu des pompes à eau font penser à la salle des machines d’un navire.

Patrick Landry, dont le bureau est situé au milieu de ces salles, sait si un des équipements fonctionne mal simplement en écoutant les bruits des machines. L’eau est d’abord envoyée à haute pression dans des filtres remplis aux trois quarts de sable pour éliminer les particules les plus grosses.

Cette eau est propre, mais non décontaminée. Pour cela, elle est d’abord chlorée, puis elle passe ensuite par un filtre à ozone. « Pour garder ça pendant un an sans qu’il y ait de problèmes, sans que personne tombe malade, ça prend beaucoup d’efforts », explique-t-il.

Avoir une telle piscine au Yukon pose quelques problèmes logistiques : au lieu d’utiliser du chlore en granule, la piscine utilise du gaz afin de réduire la quantité de matériel qui doit être transportée au territoire. Cela demande aussi une bonne planification : impossible de faire des achats de dernière minute pour les pièces ou les matériaux nécessaires aux réparations.

Même chose pour l’ozone qui est créé sur place.

« L’ozone est plus agressif que le chlore, et il y a juste quelques bactéries que le chlore ne peut pas tuer », explique Patrick Landry.

Durant l’entretien annuel, un des sept filtres à sable est remplacé complètement et les deux premiers pouces des autres filtres sont changés. « Ça donne aussi une chance de regarder dans le fond et de vérifier qu’il n’y a rien de cassé. »

Car une fuite de sable dans le système de filtration est le pire scénario envisageable pour les équipes du Centre des Jeux : cela forcerait l’arrêt complet de la piscine le temps de déterminer l’origine de la fuite et de nettoyer le système entier.

Du carbonate de sodium est ensuite ajouté à l’eau afin de rééquilibrer l’acidité de l’eau, le chlore ayant augmenté celle-ci. L’eau est ensuite chauffée et retourne dans la piscine.

La piscine du Centre des Jeux du Canada sera ouverte le 8 septembre dès 5 h 30 du matin.n

Pour plus d’information : facebook.com/CanadaGamesCentre.

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook2Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0


Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *