Accueil » Actualités » Art et culture » Seconde édition du Cabaret grivois

Seconde édition du Cabaret grivois

Nelly Guidici

Pour la seconde année consécutive, Sylvie Painchaud proposera une soirée cabaret dans la salle communautaire du Centre de la francophonie le 20 février à 19 h 30. Attendez-vous à déguster l’audace et l’authenticité de chansons paillardes, de poèmes fripons et autres textes voluptueux. Présentée par Pierre-Luc Lafrance, Nicole Edwards, Kiki de La Rochefoucauld et Sylvie Painchaud, parmi d’autres artistes, la soirée promet d’être riche en surprises.

Nicole Edwards se produira en anglais lors de la soirée. Photo : Lee Carruthers.

Nicole Edwards se produira en anglais lors de la soirée. Photo : Lee Carruthers.

« La culture francophone comporte énormément de chansons grivoises, paillardes et coquines qui ont été populaires avant les années 1950. On utilisait la chanson pour exprimer des choses qui n’étaient pas exprimables ailleurs », explique Mme Painchaud lors d’une entrevue. Soirée culturelle avant tout, des chansons anglaises seront également présentées au public. « Il y a aussi une tradition dans la culture anglaise de chansons coquines, et ce sera l’occasion d’entendre des chansons en anglais et de mettre en commun ces éléments des deux cultures. » C’est Nicole Edwards qui, pour l’occasion, endossera le rôle d’ambassadrice de la culture anglophone. « J’aimerais que ça devienne une soirée bilingue dans le futur pour que l’on puisse partager cet aspect-là de notre culture », confie Mme Painchaud.

Une soirée sous le signe du rire

La première édition qui avait regroupé une cinquantaine de personnes avait été un franc succès. « C’était une soirée de défoulement, tout le monde s’est mis à rire. Ça fait du bien de voir des personnes plutôt sérieuses adopter, l’espace d’un soir, un rôle un peu inattendu », confie Mme Painchaud dans un éclat de rire. Hormis la promesse de partager des rires avec la communauté, cette soirée sera aussi l’occasion de découvrir un aspect de la culture francophone moins connu. « Ce cabaret, c’est aussi et surtout l’opportunité de partager de la culture. Une thématique grivoise et paillarde, ça peut rassembler plus de gens et c’est intéressant. Je ne crois pas que ça se fasse beaucoup ailleurs. »

Le conte tendance coquine

Le conteur Pierre-Luc Lafrance présentera un texte inédit. De retour sur scène pour cette seconde édition, il se souvient de sa participation au cabaret l’année dernière. « C’était une de mes premières expériences de conteur devant un public. Comme c’était la première édition de l’événement, je me posais des questions sur le ton, et j’imagine que c’était la même chose pour les autres artistes. Est-ce que je devais mettre plus ou moins d’accent sur l’aspect sexuel? Finalement, j’ai pris le pari d’y aller avec un ton plus coquin que sexuel proprement dit… comme la plupart des autres participants. » La thématique grivoise est universelle, selon M. Lafrance. Habitué à raconter des histoires qui abordent tous les genres, ce thème lui permet de toucher son public de façon un peu inhabituelle. « Dans le conte, je veux faire réagir mon public, que ce soit avec l’humour ou avec des propos dérangeants à l’occasion et ce type de thématique s’y prête fort bien. »

Le cabaret de Sylvie Painchaud promet encore cette année de faire monter la température. Le prix d’entrée sera de 5 $ et si vous êtes chanceux, vous pourrez repartir avec une bouteille de champagne.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *