Accueil » À la une » Rire

Rire

Maryne Dumaine

La noirceur est-elle la cause de cette ruée d’humour qui souffle sur le Yukon?

Photo : Pixabay

 

Qu’il soit franc, jaune, de baleine, nerveux, de bon cœur ou à pleine gorge, le rire est notre bouclier contre les aléas de la vie. Rire à s’en décrocher la mâchoire ou rire à pisser dans ses culottes, c’est oublier, l’instant d’une bonne blague, les défis du quotidien. C’est une carte bien placée dans un jeu de société hilarant, c’est laisser derrière soi le plancher des vaches pour s’envoler au-dessus de la réalité, comme Peter Pan sous l’effet de la poussière de fée.

Pendant deux semaines, le Yukon va se faire immerger dans une vague de rire. Un conteur traditionnel québécois, un humoriste de la santé et les artistes de la tournée Juste pour rire des Rendez-vous de la Francophonie rendront visite aux Franco-Yukonnais.

Les vertus de l’hilarité sont nombreuses. Les recherches ont démontré que le rire était un puissant allié médical, au même titre que d’autres traitements non pharmaceutiques, tels que la méditation ou le yoga. Le rire est un outil gratuit et disponible en tout temps que nous pouvons utiliser au quotidien, sans trop d’efforts. En effet, le rire ne serait pas qu’une simple impression plaisante, mais constituerait bel et bien une option de traitement sans contre-indications.
Rigoler, c’est diminuer la concentration de cortisol (hormone du stress) dans notre organisme, c’est augmenter la sécrétion de sérotonine et d’endorphine (hormone de l’humeur), c’est produire plus de globules blancs, et donc, stimuler notre système immunitaire. S’esclaffer, c’est non pas se dilater la rate, mais dilater nos vaisseaux sanguins, diminuant ainsi notre pression artérielle… Il paraîtrait même que la pratique du rire à long terme pourrait contribuer à prévenir les crises cardiaques. Pas question donc de mourir de rire!

Le rire sollicite aussi plusieurs muscles, dont les abdominaux et les muscles respiratoires. Les contractions musculaires successives qui découlent d’une bonne réjouissance procurent un effet de détente, comparable à celui obtenu à la suite d’un exercice physique. Alors, rions! Bientôt, on nous dira aussi que le rire peut faire perdre du poids! Déjà, il a même été démontré que le visionnement de comédies diminuerait l’hyperactivité bronchique dans les cas d’asthme sévère. Le rire contribuerait même à augmenter le seuil de tolérance à la douleur.

Que ce soit par ses effets sur la santé mentale ou la santé physique, nous avons tout à gagner d’une bonne rigolade. « Le rire, c’est comme les essuie-glaces. Ça n’arrête pas la pluie, mais ça permet de continuer d’avancer », a déclaré le comédien français Gérard Jugnot. En février, période propice à la cabin fever, il est bon de se rappeler que nous avons tous en nous le meilleur des traitements. Saisissons l’occasion de déployer nos forces et esclaffons-nous, seuls, entre amis, en groupe ou devant un spectacle.

Rions de nous,

Rions de tout,

Juste parce que c’est doux,

D’être un peu fous!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *