Accueil » À la une » Retour de la revue Le Nombril

Retour de la revue Le Nombril

Maryne Dumaine

La quinzième édition de la revue franco-yukonnaise en périnatalité Le Nombril verra bientôt le jour. Pour cette petite dernière, l’équipe a misé sur un thème qui porte fruit : la famille.

Julie Gillet est la coordonnatrice de la quinzième édition de la revue Le Nombril.
Photo : Maryne Dumaine

 

Pour cette toute nouvelle édition de la revue franco-yukonnaise en périnatalité et en petite enfance, destinée aux parents francophones en milieu minoritaire, Le Nombril propose une série d’articles sur le thème de la famille.

La famille : un thème plein de diversité

« Si l’on ne devait retenir qu’un changement du 20e siècle, ce serait celui-là : la métamorphose des familles », introduit Julie Gillet, coordonnatrice de cette quinzième édition, dans les premières lignes de son éditorial de la revue.

« Cette année, les sujets explorent de nombreux domaines. On a voulu mettre à l’honneur les nouvelles familles, mais aussi des sujets variés, que ce soit en matière de succès en famille ou de défis », explique-t-elle. Repas en famille, conciliation famille-travail, sexualité épanouie, deuil périnatal, répartition des tâches ou séparation, les sujets abordés sont très éclectiques. Pas moins d’une vingtaine de personnes ont d’ailleurs collaboré au projet, que ce soit pour des photos, des articles ou pour la préparation de l’ensemble.

Au fil des 28 pages, la revue présente donc des articles écrits tantôt par des membres de la communauté, tantôt par des professionnels. « Nous avons tenté d’avoir un juste milieu entre des témoignages et des articles qui présentent des points de vue d’experts », ajoute la coordonnatrice. À noter également, un dossier spécial préparé par le Partenariat communauté en santé, incluant des articles sur les jeux à faire en famille, notamment en plein air.

Nouveauté cette année

Si Le Nombril est une aventure toute récente pour Julie Gillet, elle a déjà dans ses bagages de nombreuses expériences professionnelles au sein d’organismes œuvrant auprès des familles, des femmes ou en petite enfance. Sa touche personnelle pour ce quinzième numéro, une surprise de taille : une couverture en couleur pour la toute première fois. « J’ai voulu m’assurer que la revue soit bien visible dans les endroits où elle sera distribuée. Une “Une” en couleur, ça se voit mieux, je pense », affirme-t-elle.

À noter toutefois que la revue a déjà une place bien bien ancrée au Yukon. Un sondage effectué en 2014, soit dix ans après la première édition, indiquait que la revue tirée à 300 exemplaires était le projet le plus connu de l’organisme Les EssentiElles, et ce, que les répondants aient ou non des enfants!

Au-delà du public franco-yukonnais, la revue est également envoyée aux organismes de représentation des droits des femmes à travers le Canada, ainsi qu’à des maisons de l’enfance ou des organismes qui œuvrent pour le bien-être des familles ou de la petite enfance.

La revue sera disponible gratuitement dès le 18 mars prochain en format papier et en ligne sur le site Web de l’organisme Les EssentiElles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *