Accueil » Actualités » Société » Re :Design et la vie après le recyclage

Re :Design et la vie après le recyclage

Julien Latraverse

La foire d’artisanat de Re:Design tente de retirer de la circulation les matériaux laissés au dépotoir pour leur donner une seconde vie ou une nouvelle vocation.

Darren Holcombe et Leslie Leong sont à la fois les organisateurs et des artistes exposant leurs créations lors de la foire Re:Design.
Photo : Julien Latraverse

Repenser notre rapport aux matériaux est au cœur de la vision de la foire d’artisanat Re :Design. Les deux artistes et organisateurs, Leslie Leong et Darren Holcombe, souhaitent démontrer le potentiel inexploité enfoui dans un bac de recyclage ou dans un dépotoir.

Leslie Leong associe les fondements de Re :Design au principe « d’économie circulaire ». Selon elle, le but de la foire d’artisanat est de créer un « écosystème » où « les déchets nourrissent la vie ».

Les planches à découper conçues par Darren Holcombe reflètent la philosophie créatrice des organisateurs. L’artiste récupère le bois de divers sites de recyclage pour les fabriquer et évite ainsi d’avoir à produire d’autres déchets supplémentaires. « C’est du gaspillage inversé, parce que tu puises à partir des ordures pour faire quelque chose de neuf », souligne M. Holcombe pour expliquer sa démarche.

Le concept Re:Design ne s’applique pas seulement aux artisans. « On veut encourager le public à construire des trucs à partir de matériaux recyclés », commente Mme Leong. L’ingénieure de formation remet en question notre rapport aux rebuts et à notre société de consommation. « Pourquoi fait-on livrer tous nos biens et matériaux du Sud? Nous produisons beaucoup [de déchets] ici, on n’a pas besoin d’en rajouter », conclut-elle.

Les artisans désireux de participer à cette 5e édition de Re:Design doivent, de ce fait, offrir des produits issus uniquement de matériaux recyclés. Plus d’une vingtaine d’artistes y seront cette année, dont le francophone Philippe Leblond, qui travaille avec du métal récupéré.

Changer les mentalités

Selon les créateurs de la foire, le contexte environnemental du Yukon, au sens propre comme au figuré, a favorisé l’émergence de Re:Design. Près de 1 000 personnes ont visité celle-ci lors de sa première édition, il y a cinq ans.

« On parlait beaucoup de l’environnement à ce moment-là, mais maintenant, c’est une discussion d’envergure nationale », soulève Leslie Leong. L’artiste ne croit pas que Re: Design est la clé pour contrer le réchauffement climatique, mais la foire veut prouver que chaque petit geste compte. « Si quelqu’un veut créer une réplique ce qu’il a vu [à Re:Design] à la maison, c’est génial », affirme-t-elle.

Re:Design veut pousser la notion du recyclage plus loin. Autant chez les artistes que chez le consommateur. « Il ne s’agit pas seulement de vendre des choses », mentionne Mme Leong, c’est d’encourager les gens et les artistes à créer des choses à partir de matière recyclée ». Cette mentalité doit dépasser le cadre de la foire selon l’artiste. « C’est plus gros que Re:Design en tant que tel, c’est l’idée en elle-même », pense Mme Leong.

La cinquième édition de la foire d’artisanat Re:Design aura lieu le samedi 23 novembre prochain de 11 h à 16 h au Old Fire Hall.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *