Accueil » À la une » Quatrième année pour Secondaire en spectacle

Quatrième année pour Secondaire en spectacle

Émile Brassard

Plus de 300 jeunes sont attendus le 29 avril prochain au Centre des arts du Yukon pour la 4e édition de l’événement en français Secondaire en spectacle.

Selon le ministre de l’Éducation du Yukon, cet événement offre aux élèves du secondaire inscrits aux programmes de français langue seconde et de français langue première une merveilleuse occasion de se réunir et de faire valoir ensemble leurs talents, tout en rendant hommage à la langue française et à la culture des francophones.

« Pour la quatrième année consécutive, toutes les écoles secondaires de Whitehorse participent au concert, et je suis ravie que les élèves de l’École St. Elias de Haines Junction puissent une fois de plus cette année prendre part aux activités », s’est félicité le ministre Doug Graham.

La responsable des partenariats culturels pour le département des Programmes de français du ministère de l’Éducation du Yukon, Danielle Bonneau, travaille fort pour la tenue du spectacle.

« Secondaire en spectacle, c’est une occasion de faire vivre un bel événement aux élèves, de faire connaître la culture française et de célébrer le français à l’extérieur des classes », affirme-t-elle.

I Climb en concert

Formé il y a trois ans par quatre élèves de l’École F.-H.-Collins, I Climb se produira sur la scène de Secondaire en spectacle. Le groupe est composé de la pianiste Regan Fuerstner, de la chanteuse et guitariste Ona Toews et de deux guitaristes, Amanda Thomson et Julian Beairsto. Les quatre membres sont actuellement inscrits en 10e année d’immersion.

Le groupe I Climb se produira lors de l’événement Secondaire en spectacle. Photo: Émile Brassard

Le groupe I Climb se produira lors de l’événement Secondaire en spectacle. Photo: Émile Brassard

Dans leur style francopop et folk acoustique, I Climb reprendra la chanson Tant qu’on aura de l’amour des Cowboys fringants, et présentera un morceau original composé par Ona.

« La communauté francophone nous a offert beaucoup d’occasions pour qu’on joue devant un public en français », raconte Julian, qui coanime aussi l’événement. Le groupe s’est en effet déjà produit trois fois lors de Secondaire en spectacle et deux fois lors du spectacle francophone Onde de choc.

Élève de 11e année à l’Académie Parhélie, Zachary Nault coanimera la soirée avec Julian. Lui aussi accumule les expériences au sein de la communauté francophone.

Zachary a en effet animé le spectacle de talents de son école ainsi que le spectacle du 30e anniversaire de l’École Émilie-Tremblay. Il collabore par ailleurs au journal étudiant, au comité Jeunesse Franco-Yukon (JEFY) et au conseil étudiant.

« Le moment où il faut entrer sur scène va être stressant, mais après ça, tout va bien aller », répond le jeune homme quand on l’interroge sur sa gestion du stress.

Un autre jeune de l’École Émilie-Tremblay, Evan Prokopchuck, participe à l’événement pour une deuxième fois. Le jeune guitariste envisage de jouer la mélodie de Soir d’hiver, un poème écrit par Émile Nelligan et adapté en chanson par Claude Léveillée.

« Je crois que j’y participe parce que ça représente une sorte de défi », admet Evan, ajoutant que cela fait juste trois ans qu’il joue de la guitare.

Un ambassadeur à Toronto

Secondaire en spectacle est organisé en collaboration avec les jeunes ambassadeurs yukonnais de l’organisme Français pour l’avenir. L’événement est également soutenu par le ministère de l’Éducation du Yukon, Canadian Parents for French et l’Association franco- yukonnaise.

Le Forum local des jeunes ambassadeurs regroupe chaque année de jeunes Canadiens possédant le français comme langue maternelle ou comme langue seconde. L’événement se veut une occasion de promouvoir la langue de Molière à travers le territoire.

Le Yukon est d’ailleurs à la recherche d’un ambassadeur pour représenter le territoire à l’événement qui cette année a lieu à Toronto du 22 au 26 août.

Julian Beairsto, le guitariste du groupe I Climb, est justement intéressé par ce poste.

« Connaître plusieurs langues, ça permet, lors d’un voyage ou pour un travail, de communiquer beaucoup plus facilement », affirme Julian. « Cela permet aussi à notre cerveau de faire de meilleures connexions », ajoute Ona, la chanteuse du groupe, faisant référence aux études démontrant que les enfants qui connaissent plusieurs langues développent des avantages cognitifs.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *