Accueil » Chroniques » Éducation » Quand un départ est suivi par un retour

Quand un départ est suivi par un retour

Quand un départ est suivi par un retour
PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

Des bâtisseurs

Il y a de ces gens qui bâtissent des communautés et s’engagent pour des causes. Il y a de ces gens qui nous rappellent qu’il faut parfois se battre pour obtenir ce qui nous est dû, et qu’il faut continuer d’avancer malgré les obstacles. Il y a de ces gens qui s’investissent pour les générations futures et qui portent la francophonie tel un étendard qui ne veut plus rester dans l’anonymat.

La Commission scolaire francophone du Yukon en a connu plusieurs de ces militantes et militants pour la cause de l’éducation en français. Alors que l’un d’eux quitte notre équipe, un autre y revient…

Laisser la place aux jeunes

Comme vous le savez déjà, aux dernières élections de la CSFY d’octobre 2013, Luc Laferté a décidé de ne pas se représenter comme commissaire. Comme il le dit si bien : « C’est le temps de laisser la place aux jeunes. » Commissaire à la CSFY de 1996 à 2013, il a également été président quelques années, et il en a mené des combats pour la cause de la francophonie. Présent lors de la création de la CSFY en 1996, il était aussi présent à la première remise de diplôme d’études secondaires de l’école Émilie-Tremblay qui a eu lieu la même année.

Après dix-sept ans comme commissaire, il veut que les jeunes prennent le flambeau et s’engagent pour les générations futures. L’école Émilie-Tremblay a aujourd’hui plus de membres du personnel que le nombre d’élèves lors de la création du programme en 1984. C’est dire comme notre communauté grandit! Luc a aussi été témoin de deux générations d’élèves qui ont fréquenté l’école. Les parents tout comme les enfants l’auront donc connu comme commissaire. Une sorte de lien de « famille » dont il peut être fier.

Le temps qui passe

Sur les photos d’archives de la CSFY, un visage demeure année après année, alors que les commissaires changent. Sur ce visage, on ne discerne pas que le temps passe, puisque les mêmes lueur et fierté continuent de briller dans ses yeux.

Merci Luc, pour toutes ces années de dévouement à la CSFY et à la cause de l’éducation en français langue première au Yukon!

Un retour à la barre

Alors que Luc Laferté quitte la CSFY, un autre militant de l’éducation en français revient à la barre. Edmond Ruest, qui a été directeur général à la CSFY pendant de nombreuses années, occupera le poste de la direction générale par intérim jusqu’au retour de Lorraine Taillefer le 1er juillet 2014. Madame Taillefer a accepté un prêt de service à Éducation Yukon durant cette période.

« La compétence démontrée par monsieur Ruest lors de son premier séjour en poste, de même que l’expérience qu’il a acquise à ce titre ont convaincu les commissaires qu’il saura apporter une aide immédiate et précieuse à l’équipe de la CSFY en ce qui a trait à la gestion des dossiers et la planification des projets à venir », de dire Ludovic Gouaillier, président de la CSFY.

Son entrée en poste à la direction générale est prévue le 16 décembre 2013. Une période de transition pourra alors être planifiée avec madame Taillefer afin d’assurer le suivi des dossiers.

Bon retour Edmond!

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0


Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *