Accueil » Éditorial » Préparez-vous à vivre la grande secousse du Yukon

Préparez-vous à vivre la grande secousse du Yukon

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

Thibaut Rondel

Le Yukon a tremblé pas moins de trois cents fois au cours de la dernière année. Rien que ce mois-ci, une cinquantaine de séismes ont ébranlé le territoire et au cours de la dernière semaine, ce sont près d’une quinzaine de secousses qui se sont discrètement manifestées sous nos pieds.

D’une magnitude oscillant le plus souvent entre 1,5 et 2,9, ces microséismes survenant au Yukon sont bien enregistrés par les sismographes, mais ne sont généralement pas ressentis par la population. Dans le monde, on en recenserait quotidiennement environ 8 000.

Bien plus rares, les séismes du 1er mai (magnitude 6,3) et du 16 septembre (magnitude 5,1) sont venus rappeler à tous les Yukonnais que la Terre est toujours vivante et qu’elle s’agite en permanence.

Pour sa part, notre territoire est situé le long de la Ceinture de feu du Pacifique, dont le parcours coïncide avec un ensemble de failles et de plaques tectoniques dont le jeu est à l’origine de 80 % des plus grands tremblements de terre dans le monde.

Considéré comme le second plus fort séisme de l’histoire du XXe siècle avec une magnitude de 9,2, le séisme de 1964 ayant frappé la région d’Anchorage avait ainsi fait plus de 130 morts et créé un tsunami meurtrier qui avait dévasté les côtes californiennes. Des vibrations avaient été ressenties jusqu’au Yukon.

D’une magnitude d’environ 9 sur l’échelle de Richter, le séisme de Cascadia survenu en 1700 dans le Pacifique nord-ouest aurait quant à lui généré un important tsunami sur les côtes japonaises. Aujourd’hui, la plupart des spécialistes s’accordent pour affirmer que lorsque la faille de Cascadia cédera de nouveau, le séisme pourrait être aussi important que celui qui a touché le Japon en mars 2011.

Bien que le Yukon n’ait jamais connu de séisme aussi meurtrier que ceux qu’on pu récemment connaître la Chine, l’Indonésie ou Haïti, de nouvelles secousses bien plus destructrices que celles du printemps dernier pourraient donc se manifester soudainement au territoire. Ainsi, la population du Yukon se doit dès à présent d’anticiper et de se préparer à cette éventualité douloureuse.

En 2012, l’isolement géographique du territoire nous avait déjà joué des tours lorsque d’importantes coulées de boue avaient interrompu pendant plusieurs jours la circulation sur la route de l’Alaska. Les magasins d’alimentation de la capitale s’étaient trouvés en rupture de stock et un pont aérien avait même dû être mis en œuvre pour assurer la continuité de l’approvisionnement alimentaire.

En prenant de plus en plus conscience de sa dépendance au Sud, notre communauté peut aujourd’hui contrebalancer sa fragilité relative en se préparant au pire de façon adéquate. Jusqu’à maintenant, moins de 2 000 Yukonnais, soit moins de 6 % de la population, dont seulement dix-sept familles, se sont enregistrés pour participer à l’exercice La grande secousse du Yukon qui se tiendra le 19 octobre à 10 h 22. (NDLR la version en français du site internet donné ci-dessous indique la date du 22 octobre pour l’année 2015).

Le but de la manœuvre? Aider les citoyens et les différents organismes à mieux se préparer et se protéger du prochain gros tremblement de terre, lorsque celui-ci surviendra… dans une minute, six mois, ou quinze ans. Inscrivez-vous dès maintenant.

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *