Accueil » Courrier » Pour les changements climatiques, adoptons une approche semblable à celle du régime d’assurance-maladie

Pour les changements climatiques, adoptons une approche semblable à celle du régime d’assurance-maladie

Pour les changements climatiques, adoptons une approche semblable à celle du régime d’assurance-maladie
PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

Madame, monsieur,

Depuis neuf ans, la réputation internationale du Canada s’est dégradée, tandis que le projet de pipeline Keystone XL s’enlise. Pourquoi? Parce que notre gouvernement fédéral n’a pas réussi à adopter une approche sensée et sérieuse en matière d’environnement et d’économie.

Cependant, bon nombre de gouvernements provinciaux et territoriaux ont entrepris des efforts, car ils savent que les changements climatiques sont réels et que pour l’avenir de nos enfants, nous devons réduire des émissions de carbone. De fait, des provinces comme la Colombie Britannique, l’Alberta, le Québec et bientôt, l’Ontario se sont engagées à tarifer le carbone, sous une forme ou une autre. À noter qu’ensemble, ces administrations représentent 85 % de l’économie canadienne.

L’histoire démontre que le Canada donne toute sa mesure lorsque tous les paliers de gouvernement collaborent pour trouver des solutions à des problèmes complexes. Pensons au Régime canadien d’assurance-maladie, né d’une expérience provinciale et appuyé par les dirigeants fédéraux. Ce régime définit la norme commune en matière de soins de santé publics pour tous les Canadiens, peu importe où ils habitent au pays. Nous devons nous inspirer de cette approche afin de réduire nos émissions de gaz à effet de serre.

Le premier ministre s’est engagé à ce que le Canada respecte les cibles fixées, mais nous ne sommes pas en voie d’y parvenir, loin de là. Et cela n’est pas étonnant, vu le peu d’empressement du premier ministre à rencontrer les premiers ministres des provinces afin de coordonner les politiques sur les changements climatiques, ou sur tout autre sujet, d’ailleurs.

Mais un nouveau gouvernement libéral ferait les choses différemment : dans les 90 jours suivant la conférence sur le climat à Paris, il tiendra une réunion avec les premiers ministres des provinces et des territoires afin de mettre en œuvre un cadre de référence de lutte contre les changements climatiques, ce qui comprend l’établissement de cibles nationales de réduction des émissions de carbone. En collaboration avec les provinces et territoires, nous établirons une norme nationale, souple, qui leur permettra d’élaborer leurs propres politiques dans le but d’atteindre les objectifs, y compris leurs propres politiques de tarification du carbone. Le gouvernement fédéral leur fournira de l’aide, de la même façon qu’il le fait déjà pour l’assurance maladie.

Dans l’esprit du fédéralisme canadien, nous ferons ainsi fond sur les initiatives provinciales en cours. Et grâce à un juste respect des différences régionales, nous réaliserons des progrès dans notre lutte contre les changements climatiques et nous rétablirons les relations mal en point et regagnerons la confiance du public.

Les Canadiens ont résolu de plus gros problèmes, et ils résoudront aussi celui-ci, comme ils l’ont toujours fait, ensemble.

Cordialement,
John McKay, député.
Porte-parole du Parti libéral du Canada en matière d’environnement

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *