Accueil » Actualités » Parlons nutrition : La vitamine soleil

Parlons nutrition : La vitamine soleil

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook3Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

Olivier Yergeau

Avez-vous déjà entendu parler de « la vitamine soleil », ce nutriment qui semble être un cheval de bataille lorsque l’hiver approche? Pourquoi les professionnels de la santé recommandent-ils la prise d’un supplément lorsque la luminosité diminue?

La vitamine D, parfois appelée vitamine soleil, est un nutriment essentiel au bon fonctionnement du corps humain. Elle a plusieurs fonctions dans l’organisme, dont stimuler le système immunitaire et aider à l’absorption du calcium et du phosphore afin d’assurer une bonne santé des os, des dents et du cœur. De plus, ce nutriment permet de réduire les risques de développer des maladies chroniques comme la sclérose en plaques et certains cancers.

Le saumon, le lait et la vitamine D sont d’excellentes sources de vitamine soleil. Photo : Patrick Yergeau

Le saumon, le lait et la vitamine D sont d’excellentes sources de vitamine soleil. Photo : Patrick Yergeau


Le corps humain utilise deux voies pour obtenir la vitamine D dont il a besoin. La première, l’alimentation, permet de fournir qu’une petite quantité, car il y a peu d’aliments qui sont riches en vitamine soleil. En effet, les fruits, les légumes et les produits céréaliers n’en contiennent presque pas. Par contre, au Canada le lait de vache est enrichi en vitamine D. Ainsi, les produits faits à partir de lait de vache ont une teneur importante en ce nutriment. Par contre, faites attention aux substituts de produits laitiers tels que les boissons de soya et d’amande ou les fromages et yogourts végétaliens, car ceux-ci peuvent ne pas avoir été enrichis.

Pour faire un choix éclairé, lisez bien l’emballage du produit que vous achetez. En plus de certains produits laitiers, plusieurs poissons sont une excellente source de vitamine D. Les chefs de file sont le saumon Sockeye, l’omble chevalier (en anglais arctic char) et la truite, suivis du brochet et du flétan (en anglais halibut). La morue se retrouve, quant à elle, loin derrière.

La deuxième voie pour obtenir ce nutriment est l’autosynthèse de la vitamine D. Le corps humain est capable, à l’aide des rayons du soleil qui touchent la peau, de modifier chimiquement du cholestérol en vitamine D. Cette voie constitue la source principale, dans des conditions idéales. Or, au Yukon particulièrement, il peut s’avérer difficile de s’exposer au soleil à certains moments de l’année. Non seulement la luminosité est beaucoup moins présente durant l’hiver, mais également le fait de sortir couvert de la tête aux pieds empêche les rayons de toucher la peau. Malheureusement, prendre un bain de soleil devant la fenêtre du salon n’améliorera pas la situation non plus, car les rayons du soleil responsables de cette synthèse ne traversent pas la vitre.

Afin de pouvoir assurer une bonne santé des os et de stimuler le système immunitaire, il est important de s’assurer de fournir la quantité adéquate de vitamine D à l’organisme. Ainsi, durant les mois où l’ensoleillement se fait moindre, il est recommandé pour tous les adultes de 19 ans et plus de prendre un supplément de vitamine D d’au moins 400 UI par jour, en vente dans toutes les pharmacies. Pour les personnes âgées de 50 ans et plus, Santé Canada recommande la prise de suppléments tout au long de l’année.

Olivier Yergeau est diététiste professionnel à Whitehorse. Au Yukon depuis peu, il est passionné de plein air, de voyage, de cuisine et découverte culinaire.

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook3Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *