Accueil » Actualités » Parlons nutrition : la conservation des produits de saison

Parlons nutrition : la conservation des produits de saison

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook4Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

Olivier Yergeau

Pour faire suite à notre précédent article, penchons-nous aujourd’hui sur les techniques de conservation des fruits et légumes.

Photo fournie


Dans le précédent texte, il a été question de fruits et légumes de saison et locaux qui sont avantageux de se procurer durant l’été. En effet, acheter des produits locaux et en saison permet de contribuer à l’économie locale, d’économiser un peu d’argent, d’avoir une meilleure empreinte écologique et de consommer des aliments plus frais. Je vous avais mentionné que j’ai coutume de me procurer une énorme quantité de fruits et légumes locaux durant l’été et que ceux-ci constituent la majorité des végétaux consommés tout au long de l’année. Le secret : avoir de bonnes techniques de conservation.

Il existe plusieurs techniques qui permettent de conserver les aliments. Veuillez noter que toutes techniques de conservation des aliments réduisent la quantité de vitamines et minéraux qu’ils contiennent. Toutefois, la quantité toujours présente dans le fruit ou le légume reste importante et permettra de fournir l’apport nécessaire si la consommation de ce groupe d’aliments respecte les portions recommandées. Voici une liste des techniques les plus accessibles.

• La congélation : congeler les fruits et légumes à une température de -18 °C ou moins permet de les conserver sur une période d’un an. La majorité des fruits peuvent se congeler tels quels. Toutefois, en décongelant, la structure du fruit et sa texture ne seront plus la même. Certaines personnes peuvent les consommer, mais plusieurs n’aimeront pas la sensation. Ainsi, les fruits congelés sont surtout utilisés pour faire des desserts, sauces, coulis ou frappés. Les légumes demandent beaucoup plus de préparation. La majorité des légumes demandent d’être blanchis, c’est-à-dire d’être plongés dans un bain d’eau bouillante quelques minutes et ensuite dans un bain d’eau froide deux minutes. Les légumes congelés se font cuire de la même façon que les légumes frais, mais moins longtemps, et conservent la même texture. Le tableau précise la durée de blanchiment des légumes les plus communs. Veuillez noter qu’il n’est pas recommandé de congeler des artichauts, aubergines, germes, laitues et épinards.

• La déshydratation : déshydrater un fruit ou un légume permet de conserver celui-ci sur une période de plus d’un an s’il est maintenu dans un endroit frais et sec [réfrigérateur non recommandé]. La façon la plus simple de déshydrater est de se procurer un déshydrateur, outil de cuisine qui est vendu au coût d’environ 50 $ dans les magasins à grande surface. Une liste expliquant comment déshydrater les produits en fonction de la température et le temps est toujours fournie avec la machine. Vous pourrez ainsi faire vos propres fruits séchés pour vos céréales, salades ou mélanges de noix, vos herbes séchées et vos croûtons maison!

• La mise en conserve : contrairement aux deux techniques précédentes, la mise en conserve demande beaucoup de temps et de vigilance. Les risques d’erreur sont assez grands. Or, lorsqu’elle est bien effectuée, les produits mis en conserve peuvent se conserver plusieurs années. Écrire les techniques de mise en conserve demanderait plusieurs pages de texte et ne vous accorderait pas tout le suivi nécessaire. Si vous en êtes à votre première fois, je vous invite à faire une recherche sur la conservation en conserve afin de vous assurer de suivre toutes les étapes correctement. Avec une technique de la sorte, vous pourrez conserver vos fruits et légumes sous plusieurs formes telles que les confitures, les ketchups, les marinades ou fruits entiers traités.

Avec de la patience et du temps, il est possible de s’assurer d’avoir en notre possession des fruits et légumes pour les mois d’hiver lorsque les produits vendus aux mois de décembre et janvier sont peu frais, dispendieux et contiennent souvent plus de produits chimiques. Une façon simple de contribuer à l’économie locale et l’environnement!

Olivier Yergeau est diététiste professionnel à Whitehorse. Il est passionné de plein air, de voyages, de cuisine et découvertes culinaires.

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook4Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *