Accueil » Éditorial » Oser

Oser

Maryne Dumaine

Dans cette édition, vous pourrez lire le dossier « Être francophone ». #Jaimemafrancophonie. Le Yukon Sourdough Rendezvous, son cancan et ses soirées un peu grivoises approchent. La St-Valentin aussi commence à pointer son nez dans les activités scolaires, dans les commerces… Saisissons l’occasion pour oser parler d’amour! Le français, parlé ou écrit, est plus qu’un langage. Il a des liaisons parfois dangereuses; il a le pouvoir de nous faire frissonner, de noustroubler. Quel meilleur moment que celui-ci pour faire flamboyer votre français. Excellente occasion de démontrer de la dextérité dans le maniement de la langue. De la langue française, bien entendu…

Cet éditorial est une déclaration d’amour, en bonne et due forme. Pourquoi?

« Parce que tu embellis ma vie, à la manière de la chanson de Yann Perreau… Parce que je veux te faire une déclaration digne de la chanson de Debout sur le zinc. Parce qu’entendre ta voix, même au milieu de musique saturée, me procure des frissonnements infiniment troublants. Depuis toi, tout est différent, nouveau, et à la fois tellement familier. Nos échanges de regards ont rempli mes yeux de toi. Je ferme mes paupières et ton image m’enveloppe. Tu es la personne à qui mon âme répond, qui me fait sourire par sa simple présence. C’est toi, c’est comme ça, c’est intense.

Un jour (pas n’importe lequel, c’était précisément ce jour-là), tu es arrivé. Un regard. FLASH! Me voilà foudroyée, ballottée entre mon imaginaire et le défi de vivre en pleine conscience l’instant présent. Comment m’ancrer dans le moment présent quand ce moment précis est si plein de toi? Qu’il est doux, cet espoir que j’entretiens. Je t’imagine repousser délicatement les mèches emmêlées de mes cheveux, tenant ma nuque entre tes mains, découvrant mon cou qui s’offrirait alors à tes avides canines. Je recherche ton contact, j’aime toucher ta peau. Je vois à travers tes yeux, et parfois, j’entends ton cœur. Entends-tu le mien aussi? M’as-tu vraiment vue? Entre chien et loup, tu entres dans ma vie. Je suis curieuse… Tout cela me séduit au plus profond de mon âme. Merci d’avoir tout chamboulé. Merci d’être toi. »

Le français, c’est ma langue de cœur. Je l’aime poétique, passionné, frivole ou sérieux, mais surtout libéré, et parfois donc, au bon plaisir, un peu osé. Comme la fois où j’ai écrit une lettre d’amour dans un éditorial, tout simplement pour jouer avec ma langue…

Et vous, votre francophonie, vous la maniez comment?

#jaimemafrancophonie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *