Accueil » Actualités » Nuit blanche sous le soleil de minuit

Nuit blanche sous le soleil de minuit

Olivier de Colombel

En juillet 2014, Monique Romeiko et Aimee Robinson lançaient à Whitehorse un concept de festival artistique intitulé Nuit blanche. De quoi s’agit-il? De 19 h à 7 h du matin, des artistes se relaient et offrent au public des performances d’art moderne dans différents lieux du centre-ville.

Janelle Hardy dansant dans Whitehorse lors de la première édition de Nuit blanche en juillet 2014. Photo : Nuit Blanche

Janelle Hardy dansant dans Whitehorse lors de la première édition de Nuit blanche en juillet 2014. Photo : Nuit Blanche

Installations interactives, musique de « l’espace » et création sonore, peinture, danse contemporaine sont autant de mondes éphémères à visiter et à expérimenter par le public, et ceci toute la « nuit » durant (sauf qu’ici, au Yukon, la nuit est courte). Cet événement transforme la ville en une grande et unique exposition.

Nuit blanche, un concept qui a fêté ses 30 ans en 2014

C’est en 1984 en France, à Nantes exactement, que la première Nuit blanche a lieu. Puis la capitale finlandaise a suivi en 1989, Helsinki est devenu ainsi la deuxième ville à organiser Nuit blanche. Aujourd’hui, c’est un événement mondial, de Saint-Pétersbourg à Buenos Aires en passant par La Havane, la planète entière est piquée du virus « Nuit blanche »!

Après le succès en 2014 de la première édition pilote, le festival prépare sa deuxième saison. La date est avancée au 20 juin (5 juillet en 2014) pour rejoindre l’esprit du solstice et de la Journée nationale des Autochtones.

Ce sont donc huit artistes que l’on pourra découvrir cette année. Le public assistera aux performances d’artistes locaux, mais aussi d’artistes venant de Montréal, du Territoire Mi’kmaq en Nouvelle-Écosse, de Duncan (Colombie-Britannique) et même de New Delhi! Hemant Puri fera le voyage spécialement pour offrir une performance « Bollywood Night, » de douze heures ininterrompues.

Un petit-déjeuner matinal?

Cécile Legare propose un petit-déjeuner français traditionnel pour finir la nuit blanche en beauté.

« Une délicieuse soupe à l’oignon et de la brioche au beurre avec de la confiture, du fromage, et café, thé, chocolat chaud, jus de fruit… Tout le monde est bienvenu : artistes, bénévoles de l’événement, mais aussi le public, selon le principe du premier arrivé, premier servi », explique Cécile Legare.

Donc, rendez-vous matinal à 6 h le 21 juin au Centre de la francophonie, après la performance de danse de Janelle Hardy qui aura lieu dans la salle communautaire.

Revivre la Blanchisserie Whitehorse du début des années 1900

Sylvie Binette présentera une animation interactive à propos de la blanchisserie Whitehorse qui existait au début des années 1900 le long du fleuve Yukon. L’animation qui s’intitule Fabric, Steam and Memories; Whitehorse Steam Laundry and beyond sera livrée en anglais, et le côté participatif, lui, sera bilingue. « C’est vraiment de la médiation culturelle, à travers mon art, je veux que les gens connectent avec le lieu, l’objet, ou les personnages que je propose », explique-t-elle.

Pour cela, les gens seront invités à participer. Sylvie lira de la poésie et des activités seront proposées. « Le but est d’interpréter trois personnages yukonnais. Trois femmes pionnières au Yukon », précise Sylvie. Cela débutera à 19 h 30 à côté de Kanoe People près du fleuve et l’animation aura lieu toutes les demi-heures jusqu’à 2 h du matin.

D’autres représentations auront lieu le 28 juillet et 21 août de 17 h à 19 h sur le la jetée en bois le long du fleuve Yukon.

Vous pouvez trouver la programmation sur la page Facebook de Whitehorse Nuit blanche et sur le site : whitehorsenuitblanche.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *