Accueil » À la une » Nuit blanche : l’art contemporain yukonnais en vedette

Nuit blanche : l’art contemporain yukonnais en vedette

Marie-Hélène Comeau

La population yukonnaise est conviée à vivre sa première Nuit blanche. Une nuit où l’art et les artistes seront présents dans les rues de Whitehorse jusqu’aux petites heures du matin.

C’est le pari qu’ont décidé de relever les artistes Monique Romeiko et Aimée Robinson en créant la première édition de l’événement au Yukon Nuit blanche. Une manifestation artistique qui se tiendra pendant toute la nuit du 5 au 6 juillet de 19 h à 7 h au centre-ville de la capitale yukonnaise.

Le principe d’une telle manifestation existe depuis de nombreuses années dans plusieurs villes comme Paris, Montréal ou Toronto.

Alors que certaines villes organisent leur événement à l’hiver ou à l’automne, au moment où la noirceur règne majestueusement toute la nuit, la version yukonnaise de Nuit blanche se déroulera sous le soleil de minuit.

Monique Romeiko et Aimée Robinson, les instigatrices du projet yukonnais Nuit blanche. Photo : fournie.

Monique Romeiko et Aimée Robinson, les instigatrices du projet yukonnais Nuit blanche. Photo : fournie.

« C’était important pour nous que l’événement se déroule l’été, au moment où la lumière est présente toute la nuit. Au moment également où les touristes sont présents. De cette façon, l’événement Nuit blanche devient une autre façon pour eux de connaître les artistes du Yukon. Nous aimerions éventuellement que notre Nuit blanche se transforme en un événement international afin que le Yukon devienne une destination intéressante en art contemporain », explique Monique Romeiko qui a pu s’échapper quelques minutes de son horaire chargé ces jours-ci de la coordination de l’événement. Un travail de moine qui débute au petit matin pour se terminer tard le soir exigeant des deux coordonnatrices plusieurs heures de bénévolat. La réponse positive des artistes yukonnais semble toutefois faire oublier la fatigue accumulée. Une réponse qui va au-delà de leurs espérances. « Nous sommes très heureuses d’avoir assez d’artistes pour remplir l’horaire des activités toute la nuit », confie-t-elle, toute souriante.

Il y aura au total cinq artistes yukonnais invités qui offriront des performances artistiques visuelles et musicales de 19 h à 7 h. Parallèlement au volet officiel de l’événement, plusieurs activités artistiques Off Festival auront également lieu. Ces dernières sont des initiatives personnelles et bénéficient d’un soutien logistique des coordonnatrices de Nuit blanche. Certains événements de l’Off Festival auront lieu toute la nuit, alors que d’autres se termineront plus tôt.

« Les cinq artistes officiels de Nuit blanche ont été sélectionnés en fonction de la diversité de leur proposition », explique Monique Romeiko. « Ce sont les seuls artistes de l’événement qui recevront un cachet grâce au programme du Fonds des arts. C’était important pour nous que les artistes soient payés. Habituellement, les artistes postulent pour participer à ce type d’événement puis doivent trouver du financement. On ne voulait pas créer un autre événement où les artistes ne seraient pas payés. Ce n’est pas idéal en ce moment, mais c’est un bon début », affirme celle qui a déjà participé dans le passé à une édition de Nuit blanche à Montréal en danse contemporaine.

Les prestations artistiques yukonnaises seront présentées à différents endroits à Whitehorse. Il y aura une projection 3D par Marten Berkman au Old Fire Hall, une installation interactive au quai du centre-ville par Michel Gignac, une performance musicale de 12 heures par le musicien Nicolas Mah, l’artiste Kevin McLachlan va offrir une prestation de Hip Hop au Yukonstruck sur la rue Industrial, et finalement une performance interactive présentée par Marie-Hélène Comeau au Centre de la francophonie.

Un déjeuner gratuit aura lieu au Midnight Sun Coffee Roaster au petit matin et des bouchées seront offertes toute la nuit sur le parcours, par Louise Hardy et Joanna Cole.

« On voulait offrir un événement où il allait être possible pour les gens de se promener facilement à pied ou en vélo d’un endroit à l’autre », confie Monique Romeiko.

L’Off Festival

Plusieurs artistes yukonnais ont décidé à la suite de l’annonce de la tenue de Nuit blanche de participer à l’événement sur une base bénévole. Chaque projet est inclus dans le programme officiel de Nuit blanche afin de permettre aux gens des visiter les sites. Ainsi, il sera possible de découvrir la performance interactive créée par Sylvie et Xavier Binette, « Le fleuve : l’impermanence à travers le temps » qui aura lieu une partie de la nuit sur les berges du fleuve Yukon, près du Centre culturel Kwanlin Dün, soit à quelques pas de la défunte petite maison qu’habitait Sylvie Binette à l’époque des Shipyards. Un endroit qu’elle affectionne particulièrement.

« Je vais mettre sur pied une installation sur les changements du fleuve Yukon au fil des ans en parlant de sa formation, des bateaux à aubes qui y ont navigué et les Premières nations qui habitent sur ses berges. Les gens seront invités à participer en bougeant, en écoutant et en touchant les choses qui seront sur place. Une présentation aux 30 minutes accompagnera cette installation », explique Sylvie Binette qui avoue aimer pouvoir mettre en application les nouvelles approches de guide-interprète qu’on trouve en muséologie, son domaine d’expertise. « Ça permet d’engager les gens dans un dialogue, une réflexion et une participation afin qu’ils arrivent à se faire leur propre idée de ce qui leur est proposé », explique celle qui n’a pas hésité à offrir sa participation à la version Off du festival. « J’ai un côté artiste qui veut s’épanouir en moi, mais je ne lui fais pas assez de place. Nuit blanche me donne une belle occasion de laisser exprimer cette créativité », confie-t-elle.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *