Accueil » À la une » Not About Me, un documentaire sur les réalités des enfants en Haïti

Not About Me, un documentaire sur les réalités des enfants en Haïti

Kelly Tabuteau — Initiative de journalisme local — APF

Il y a deux semaines, fraîchement débarquée d’Haïti, Morgan Wienberg rencontrait le Club Rotary de Whitehorse pour une mise à jour du travail accompli en 2019 par son organisation Little Footprints, Big Steps (LFBS). Partenaire depuis le début, le Club Rotary de Whitehorse a remis à LFBS un chèque de 7 500 $ pour l’aider à financer ses programmes et son documentaire présentant les efforts menés en Haïti pour protéger les enfants et leur famille.

Morgan Wienberg a cofondé l’organisme à but non lucratif Little Footprints, Big Steps en 2011.
Photo fournie

Voilà dix ans que Morgan Wienberg s’est lancée dans l’aventure Little Footprints, Big Steps (LFBS). Cofondatrice de l’organisme à but non lucratif haïtien de protection de l’enfance, elle œuvre patiemment mais sans relâche pour le regroupement des familles séparées par un système d’orphelinats corrompus. Pour célébrer cet anniversaire, la jeune yukonnaise dévoilera, au printemps prochain, un documentaire d’une soixantaine de minutes retraçant son évolution dans la lutte contre la maltraitance des enfants et le développement de son organisation aujourd’hui mondialement connue.

Un bénévolat révélateur

Été 2010, fin de l’école secondaire. Morgan Wienberg, dix-huit ans, s’envole vers Haïti pour une mission humanitaire suite au tremblement de terre de 2010. Bénévole dans un orphelinat, elle y découvre les réalités qui se cachent derrière leur gestion (maltraitance, sévices sexuels, esclavagisme, etc.) et décide de rester sur place pour agir. Dix ans plus tard, elle vit toujours en Haïti et continue sa bataille pour le regroupement familial. Car l’une des vérités qu’elle a apprises dès son arrivée, c’est que plus de 80 % des enfants placés en orphelinat ont au moins un parent vivant.

C’est à partir de ce constat que se fondent toutes les actions menées par LFBS. D’abord, créer des maisons de transition sûres pour accueillir les enfants sortis des orphelinats et leur offrir un cadre de vie sain dans l’attente de retrouver leur famille. Puis, réunir les enfants avec leur(s) parent(s) et assurer un suivi pour les aider à se sortir de la pauvreté, notamment en les incitant à créer de petites entreprises qui généreront un revenu. Le tout, en veillant à ce que les enfants aient accès à un système éducatif et à des soins de santé corrects. Enfin, sensibiliser la population à la réalité locale pour prévenir la violence envers les jeunes et éviter les séparations.

Dix ans en 60 minutes

Entre 2011 et 2015, Morgan Wienberg est approchée par plusieurs vidéastes. Touchés par son histoire, ils veulent en faire un documentaire à portée internationale. Très vite dépassés cependant, ils abandonnent le navire les uns après les autres, laissant la jeune femme seule avec quelques séquences vidéo isolées. C’est finalement la firme yukonnaise Shot in the Dark Productions, dirigée par Kelly Milner, qui reprend le flambeau. Morgan Wienberg se souvient de sa première rencontre avec la productrice : « Je lui ai expliqué ce que je voulais et elle a tout de suite compris. Ce que je voulais, ce n’était pas seulement un documentaire à propos de moi, mais à propos de l’aide que nous apportons à d’autres personnes, à propos de la protection des enfants. Je voulais utiliser mon histoire pour dénoncer les plus gros problèmes. » Parée des plans réalisés par d’autres, l’équipe de tournage yukonnaise s’est rendue en Haïti pour acquérir les dernières séquences nécessaires au montage du film. Aujourd’hui en cours de finalisation, son dévoilement est prévu pour le printemps 2020.

Le documentaire sera accompagné d’une campagne éducative afin d’être présenté dans des écoles. Son but ultime sera d’amener la population à repenser sa façon de donner de son temps, et de son argent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *