Accueil » À la une » « Nos chemins nous rassemblent. » Quand cartographie et histoire se rencontrent.

« Nos chemins nous rassemblent. » Quand cartographie et histoire se rencontrent.

Sylvie Binette

Qui ne s’est pas fasciné au moins une fois dans sa vie pour la multitude d’aventures, d’histoires et d’information qu’une carte d’atlas offre à celui qui la découvre?

Il est encore possible de s’inscrire sur le site Web de la conférence. Des informations au sujet des cartes y sont également disponibles. Crédit : Heritageyukon.ca

Pour nos sociétés contemporaines, les cartes témoignent des frontières géopolitiques. Elles contribuent à façonner nos croyances quant à l’occupation d’un territoire. Ce sont des acquis qui, de nos jours, peuvent souvent même être consultés sous format électronique.

Au cours du 19e siècle, pour le chef Kohklux de la nation des Tlingits Chilkat du village Klukwan, tout comme pour Paul Kandik, pilote de l’époque, les premières cartographies de leur territoire allaient confirmer l’occupation du territoire socio-économique des peuples du Yukon et de l’Alaska.

Conférence multidisciplinaire pour célébrer les traces laissées dans l’histoire

Afin de célébrer le 150e anniversaire de la carte Kohklux et l’Année internationale des langues autochtones, l’organisme Yukon Historical and Museums Association, en collaboration avec ses partenaires, organise une conférence multidisciplinaire intitulée « Our Trails Bring Us Together – Haa deiyí wóoshxh haa ła.ât – Łäch’i tän kwäga dujal du – Nehtän anay lazh’i dunyana ye nats’eddhat – Dahtene yèh shidèł – Nitay łits’à’ nënäjèl – Nos chemins nous rassemblent. »

Cette conférence aura lieu du 24 au 27 octobre au Centre culturel des Kwanlin Dün de Whitehorse, et inclura aussi un événement familial qui lui aura lieu le 19 octobre au Centre Culturel Da Ku d’Haines Junction.

Un atelier offert par le Réseau canadien d’information sur le patrimoine à propos de la préservation numérique pour les petits organismes patrimoniaux aura lieu le 24 octobre aux Archives du Yukon. Inspirés par les cartes Kohklux et Kandik, les thèmes abordés durant la conférence traiteront de cartographie, d’alliances commerciales, d’astronomie, de langues et nom de lieux autochtones et de voyages d’explorateurs.

L’influence d’un francophone dans les archives cartographiques

Yann Herry, historien franco-yukonnais, sera également présent à la conférence. Grâce à lui, les participants pourront découvrir François-Xavier Mercier.

Dès 1869, Mercier, agent de poste de traite chez les Américains de l’Alaska et au Yukon, sera décrit comme le roi du commerce de fourrures dans le Nord.
En 1874, avec l‘aide de Jack McQuesten, il établit le poste de traite à Fort Reliance situé à 11 kilomètres en aval de l’embouchure de la rivière Klondike. C’est en 1880 que Mercier travaille avec Paul Kandik, alors pilote de rivière Hän, à la réalisation de la carte Kandik.

Kandik dessina la carte du fleuve Yukon et des rivières Tanana et Kuskokwin à laquelle il y ajouta les postes de traite, pistes et nom de lieux en différentes langues athapascane, française et anglaise.

Selon Yann Herry, Mercier est non seulement un personnage important dans la mémoire collective franco-yukonnaise, mais il démontre aussi par sa présence et ses réalisations de nombreux aspects de la francophonie canadienne à travers l’Amérique du Nord. Notamment : la présence importante de la francophonie sur un grand territoire et à tous les grands événements de l’Amérique du Nord, la facilité avec laquelle les Canadiens français pouvaient échanger et cohabiter avec les autochtones, la facilité avec laquelle ils se déplaçaient dans le territoire et la sensibilité à l’environnement dans lequel ils vivaient.

Les histoires et les échanges entre le chef Kohklux et le scientifique américain George Davidson, ou encore ceux entre Kandik et Mercier en disent beaucoup sur « d’où on vient ». Non seulement ils nourrissent notre imaginaire, mais ils permettent à nos communautés actuelles de savoir « où l’on va ».

Pour en apprendre davantage au sujet de ces personnages historiques, de leurs apports pour notre monde contemporain et de leur travail en cartographie, le mieux est de visiter le site Web de la conférence : heritageyukon.ca/kohklux150.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *