Accueil » Actualités » Noël, à quelle tradition se vouer?

Noël, à quelle tradition se vouer?

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

Maryne Dumaine

La fin de décembre est célébrée depuis des millénaires et nombreuses sont les légendes et les traditions qui accompagnent cette période de l’année.

La nuit de Noël

Dans certaines régions d’Europe, les animaux des étables reçoivent le soir de Noël une double portion de nourriture. La légende dit qu’ils reçoivent cette nuit-là le don de la parole. (Surtout l’âne et le bœuf qui ont bien aidé, deux mille ans plus tôt.) Mais gare à ceux qui voudraient les écouter, ça porterait malheur : les animaux en profitent pour parler des prochains morts de la famille et on pourrait en faire partie si on a les oreilles baladeuses…

Mon beau sapin…

L’origine de l’arbre de Noël viendrait d’Allemagne. Une maman venait de terminer ses préparatifs et les araignées étaient chassées. Le soir, les araignées revinrent et « décorèrent » l’arbre, le recouvrant de leurs toiles. Le père Noël fut enchanté de découvrir les araignées satisfaites, mais il pensa à la maman qui allait retrouver son sapin plein de toiles grises. Il transforma les fils gris en fils d’or et d’argent. L’arbre de Noël se mit alors à briller de mille feux! C’est ainsi qu’aujourd’hui les décorations de Noël sont constituées de belles guirlandes brillantes. La légende dit qu’il faudrait toujours glisser au milieu des branches des arbres de Noël de gentilles petites araignées.

Au Danemark, toute la famille fait un cercle autour de l’arbre en se tenant par la main. Chacun à son tour choisit un chant de Noël que tous entonnent en faisant une ronde. Mais aux Antilles, c’est le tronc des palmiers qui s’enrubanne de petites lumières blanches!

Qui apporte les cadeaux?

Si le bonhomme à la barbe blanche et au grand manteau rouge est désormais connu partout dans le monde (merci à la mondialisation et aux marques de soda!), il n’est pas le seul à apporter les cadeaux! « En Italie, nous avons le père Noël, mais aussi la Befana. Elle apporte des sucreries aux enfants sages et du charbon à ceux qui ne le sont pas », raconte Stella Patera qui se souvient des Noëls italiens de son enfance. « Mais de nos jours, le charbon est en fait une sucrerie colorée en noir! » La Befana est une gentille vieille dame. Elle se déplace sur son balai. La Befana est un symbole très présent après Noël, car selon la légende, elle distribue des gâteries aux enfants pour compenser le fait qu’elle n’ait pu trouver le temps d’en apporter au petit Jésus à sa naissance.

Dans le nord de l’Europe, c’est Saint-Nicolas qui apporte des cadeaux. Il vient le 6 décembre avec son âne chargé de jouets. Près de la cheminée, les enfants déposent un navet et une carotte pour l’âne. En Hollande, il peut arriver qu’il cache les cadeaux. Les enfants peuvent les retrouver grâce à des poèmes qui leur donnent des indices.

En Espagne, par contre, le jour des cadeaux est le jour des Rois. Comme la Befana, ou le père Givre, en Russie, ils passent le 6 janvier pour apporter des cadeaux.

« En Finlande, un vieux monsieur se pare d’habit en cuir brut, c’est très joli. Il va de maison en maison pour apporter les cadeaux aux enfants. C’est traditionnellement un vieux monsieur du village qui n’a pas de famille avec qui célébrer. Il va donc célébrer tour à tour, dans tous les foyers », explique Sari Brunel, Française originaire de Laponie.

Les décorations

En Autriche comme au Danemark, Noël débute le 1er décembre avec la couronne de l’avent. Au Danemark, la maison est décorée de branches de sapin et d’étoiles en paille. Les enfants font eux-mêmes de nombreuses décorations qu’ils accrochent dans le sapin. La crèche, quant à elle, est originaire d’Italie. Comme reproduction de l’étable, elle est apparue en Italie dans les églises au XVe siècle. Selon la tradition, les familles italiennes l’installent neuf jours avant la naissance du Christ.

En Norvège, le 24 décembre a été célébré bien avant son symbole religieux. C’est la fête de Yule qui symbolise la naissance du Soleil. Yule signifie la roue, l’année qui tourne vers le printemps. On retrouve ce symbole de la lumière aussi en Laponie : « Nous faisons toutes sortes de décorations lumineuses dehors, des chandelles de glace ou en boules de neige », se souvient Sari. Les lumières sont aussi très présentes en Suède, où l’aînée des filles de la maison met une grande robe blanche avec une ceinture rouge et porte une couronne ornée de quatre bougies allumées.

Et au Yukon?

La tradition de Noël veut que des animateurs bénévoles organisent une émission Rencontre de Noël, toujours en direct, le 24 décembre!

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0


Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *