Accueil » Éditorial » Naissance

Naissance

Maryne Dumaine

Cette année plus que d’autres, le symbole de la naissance accompagne beaucoup ma vision du temps des fêtes.

L’équipe de l’Aurore boréale vous souhaite un joyeux temps des fêtes! De gauche à droite : Nelly Guidici, Laurie Gendron, Guillaume Riocreux, Marie-Hélène Comeau, Maryne Dumaine et Kelly Tabuteau. (Absences : Émylie Thibeault-Maloney, Vincent Ménard et Cyril Contente).

Je n’avais jamais vraiment pris le temps de le voir ainsi (ou plus exactement je crois que je ne l’avais jamais ressenti ainsi.) Le temps des fêtes, c’est le solstice, le renouveau. La lumière, qui apporte dans sa hotte l’espoir que la noirceur va diminuer… Le temps des fêtes, c’est évidemment Noël : la naissance, dans les croyances spirituelles. C’est aussi l’avènement prochain d’une toute nouvelle année. 2019. Toute neuve. Certains diront « déjà », d’autres « enfin ». Mais au moment où j’écris ces quelques lignes, il me semble que cette symbolique va au-delà du simple rappel du temps qui passe.

L’année 2018 se termine, sur bien des points, de façon douloureuse. Tel un accouchement difficile, 2018 a apporté son nombre de défis. Et malgré tout, nous sommes là. Toi qui me lis, tu es là. Réel, tangible, tu es là et tu lis cet article. Tu fais le choix de prendre quelques minutes pour lire le journal franco-yukonnais qui vient de sortir.

Chaque édition de l’Aurore boréale est pour moi, maternelle que je suis, comme un petit enfantement. Mon plaisir, chaque jeudi de parution, est d’arriver dans nos bureaux, le plus tôt possible, pour ouvrir les pages du journal que nous venons de recevoir. Pourquoi? Car à ce moment précis, je ressens à la fois de la joie, de l’espoir, du bonheur et de l’excitation à ne plus savoir comment l’exprimer, mais surtout, parce qu’à cet instant précis, je suis dans le moment présent. Je vis. Je suis consciente de mes émotions. Les tourments qui précèdent une naissance sont apaisés lorsque l’on tient le bébé dans le creux de notre bras.

Être témoin d’une naissance, c’est être présent. Nous sommes là. Notre esprit est là, conscient ; présentez-moi quelqu’un qui aurait pensé à sa liste d’épicerie quelques minutes après avoir accouché! Rien n’est meilleur à mes yeux que ce moment, cet instant dans lequel nous vivons dans l’instant présent. La vie.

Fierté, gratitude, bonheur, accomplissements, aventures, paix. Je vous souhaite tout cela pour l’année à venir, oui. Mais plus concrètement, je vous souhaite un trésor bien plus grand : je vous souhaite d’apprécier la naissance de chaque nouvelle journée, de chaque nouvelle minute. Je vous souhaite le trésor de l’instant présent tout au long des 365 jours de cette toute nouvelle année.

Commentaires (1)

  1. Alexis dit :

    Je vous souhaite le meilleur pour l’année à venir et bravo pour votre journal !..
    Amitiés de Bretagne…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *