Accueil » À la une » Migration en danger?

Migration en danger?

Maryne Dumaine

La migration de mammifères la plus longue au monde ne se passe pas en Afrique dans les parcs du Serengeti ou du Masai Mara, mais bien dans le nord sauvage du Canada et de l’Alaska. La harde de caribous de la Porcupine migre sur une distance de plus de 4000 kilomètres, plus longue que le tour de France, ou les courses de l’Iditarod et de la Yukon Quest réunies!

Migration des caribous Porcupine.
Photo : Ken Madsen

 

Le Bureau de la gestion des terres des États-Unis est actuellement en processus pour autoriser l’exploitation pétrolière et gazière dans les aires de mise à bas de la horde de caribous de la Porcupine.

En décembre dernier, le Bureau a publié son étude d’impact sur l’environnement des développements proposés. Selon le groupe environnemental Canadian Parks and Wilderness Society (CPAWS) Yukon, qui présente d’ailleurs un site Web entièrement en français à ce sujet, ce rapport ne prend pas en compte les conséquences environnementales et économiques du Nord canadien. Selon CPAWS Yukon, la harde de caribous de la Porcupine est essentielle à la culture et aux modes de subsistance des membres de la Première Nation Vuntut Gwitchin. Le rapport ne tiendrait pas compte des écosystèmes, des communautés et de l’économie du nord du Canada. Il semblerait que le terme « transfrontalier » ne fasse d’ailleurs pas partie du rapport.

Le groupe environnemental yukonnais appelle donc la communauté à donner son opinion. Jusqu’au 11 février, les Yukonnais peuvent soumettre leurs préoccupations au gouvernement américain. L’engagement du public pourrait être fondamental dans ce dossier.

Toute l’information, ainsi que le lien pour laisser des commentaires, est disponible sur le site en français de CPAWS : bit.ly/2Uy3AlK

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *