Accueil » Actualités » Meurtre de Christopher Brisson : le procès touche à sa fin

Meurtre de Christopher Brisson : le procès touche à sa fin

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

Thibaut Rondel

Le procès de Darryl Sheepway a pris fin à Whitehorse. Après quatre semaines d’audience, le procureur de la Couronne a présenté le 8 décembre dernier ses conclusions finales devant la Cour suprême du Yukon.

Aujourd’hui âgé de 39 ans, M. Sheepway est accusé du meurtre au premier degré de Christopher Brisson. Le jeune homme, 25 ans à l’époque des faits, avait été tué fin août 2015 sur une aire de stationnement de la route du lac McLean.

Christopher Brisson a été tué en août 2015. Photo : fournie

Christopher Brisson a été tué en août 2015. Photo : fournie


Le corps de la victime avait été abandonné par l’accusé dans les parages du Canyon Miles, mais avait été retrouvé trois jours plus tard par un cueilleur de champignons. Darryl Sheepway a été inculpé près d’un an plus tard, après s’être confié à son épouse qui a averti la police.

Un rendez-vous fatal

Darryl Sheepway a admis avoir tué Christopher Brisson à l’issue d’une transaction de drogue où il s’était rendu avec l’intention de le dévaliser. Ruiné par sa dépendance au crack, M. Sheepway a expliqué qu’il s’était présenté au rendez-vous armé d’un fusil à pompe, mais que cette arme n’aurait dû servir qu’à intimider le trafiquant afin de le contraindre à lui céder la drogue.

Ce plan a toutefois déraillé alors que les deux hommes commençaient à négocier à travers les fenêtres — côté conducteur — de leurs véhicules stationnés tête-bêche. Lorsque Darryl Sheepway a pointé son fusil sur Christopher Brisson, celui-ci a choisi de se saisir du canon plutôt que d’abandonner la drogue à son agresseur.

Selon les experts en balistique mandatés lors du procès, un premier coup de feu a été tiré à cet instant et la balle a brisé la vitre du côté passager du véhicule de Christopher Brisson. Ce dernier a alors tenté de s’échapper avant que Darryl Sheepway ne tire deux autres balles à travers la vitre arrière de la camionnette du trafiquant. L’une d’elles a traversé l’appuie-tête du siège conducteur, puis l’épaule gauche de la victime qui s’était probablement penchée vers l’avant, avant de terminer sa course dans sa mâchoire.

Le véhicule de la victime a continué son chemin sur une courte distance avant de faire une sortie de route. Darryl Sheepway a expliqué qu’il s’est alors approché de la camionnette où il a trouvé le corps de Christopher Brisson gisant sur le sol. Il l’a dépouillé de son argent et de la drogue qu’il portait sur lui, puis a quitté les lieux.

Meurtre ou homicide involontaire?

Intoxiqué au moment des faits, Darryl Sheepway a toujours affirmé qu’il n’a jamais souhaité tuer Christopher Brisson. L’accusé a plaidé non coupable de meurtre au premier degré et souhaite que cette accusation soit requalifiée en un homicide involontaire.

Selon la défense, l’accusé était dans un état émotionnel intense le jour du drame et n’avait pas prémédité son crime.

M. Sheepway a notamment expliqué à la police qu’il vivait à l’époque des problèmes conjugaux et que sa consommation de crack avait atteint des sommets au cours des semaines précédant le meurtre de Christopher Brisson qu’il rencontrait de façon quasi quotidienne pour s’approvisionner. Il a également indiqué qu’il avait même envisagé de se suicider juste avant de le rencontrer.

La procureure de la Couronne n’a cependant pas été convaincue. Bien qu’elle reconnaisse que l’accusé ait pu se trouver dans un état second le jour du drame, Jennifer Grandy croit que le fait que l’accusé se soit sciemment armé d’un fusil à pompe chargé pour aller rencontrer un trafiquant de drogue qu’il avait prévu de dévaliser ne peut que confirmer l’idée qu’il y ait eu derrière cette préparation une certaine intention de tuer. Selon le procureur, cette intention est d’autant plus plausible que le coup de feu fatal a été tiré alors que la victime était en train de s’enfuir à bord de sa camionnette.

Si cette présomption est retenue par le juge responsable du dossier, Leigh Gower, Darryl Sheepway devrait être condamné pour meurtre au second degré, et non pour homicide involontaire, comme l’espère la défense.

Le juge Gower devrait rendre son verdict d’ici le 30 janvier prochain.

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *