Accueil » Actualités » Martin Richard et « les héros obscurs de l’aventure »

Martin Richard et « les héros obscurs de l’aventure »

Sophie Coallier

Qui sont ces aventuriers qui vont braver les défis des régions sauvages? Comment en sont-ils venus à faire ce qu’ils font et comment font-ils pour en vivre? Martin Richard tente de répondre à ces questions et bien plus à travers son balado nouveau balado intitulé Sauvage de Nature.

Martin Richard propose des capsules balado, disponibles sur plusieurs plateformes d’écoute en ligne.
Photo : Martin Richard

 

Martin Richard est originaire de Gatineau, au Québec. Il travaillait dans la publicité jusqu’au jour où il a tout laissé pour se rapprocher de sa passion, le ski. « Après plusieurs années dans le domaine [de la publicité], j’ai réalisé que ce n’était pas pour moi », explique-t-il. Ce qu’il souhaitait, c’était de vivre du ski. Il a occupé tous les emplois possibles en relation avec ce sport, ce qui l’a éventuellement conduit jusqu’au Yukon, où il a été attiré par le mode de vie peu conventionnel de nombreux Yukonnais. Il y avait aussi la proximité avec l’Alaska, « le Graal » des skieurs.

L’idée du balado

Au début, l’objectif du balado était de sortir de la routine quotidienne et de financer un mode de vie orienté autour du ski. « J’essayais de trouver une façon de sortir de ce métro, boulot, dodo. » Sauf que l’argent n’était pas la bonne motivation et le projet a été mis de côté pour un temps. C’est seulement à force de creuser certaines questions qu’il avait avec des aventuriers sur les médias sociaux qu’une nouvelle motivation est née pour le balado. « Je me disais que je ne devais pas être le seul à me poser ces questions-là, raconte-t-il. Ça peut en aider d’autres qui se posent les mêmes questions. » Ces questions concernent, entre autres, la manière dont on devient aventurier, les moyens possibles d’en vivre, les sacrifices qui accompagnent un tel mode de vie et l’accessibilité de celui-ci.

C’est grâce à cette nouvelle motivation que le balado a vu le jour. « C’est une façon pour moi d’avoir des réponses à mes questions, de nourrir ma curiosité. » Il s’est aussi aperçu qu’il existait beaucoup « de héros obscurs de l’aventure », ces personnes qui sont dentistes ou caissiers et qui réalisent des expéditions incroyables durant leurs congés. « L’objectif était aussi de mettre ces gens-là de l’avant », précise-t-il. D’autre part, le faire en français venait combler un manque dans l’offre de balado, en particulier concernant ceux sur l’aventure et le plein air.

Jusqu’à présent, ce qu’il a appris, c’est que si l’on souhaite vivre de l’aventure, il faut avoir un plan. « Rêver sans plan, ça reste un rêve, faut se mettre en action. » C’est un style de vie qui demande des sacrifices, mais qui reste à la portée de tous. « Tu peux vivre là comme un aventurier, mais avec l’équilibre d’avoir un emploi qui permet de financer ce style de vie là ».

Tous sauvages de nature

Le nom Sauvage de Nature vient d’un désir de remettre l’humain dans le sauvage. Selon Martin Richard, nous sommes tous sauvages de nature. « Quand on part à l’aventure, on ne se lave pas, on mange moins, on fait nos besoins à l’extérieur, on retourne à l’état sauvage, résume l’animateur du podcast. Je trouve que ça nourrit l’âme et le cœur tellement bien. »

Le balado est disponible sur les plateformes Apple Podcast, Google Podcast, Spotify et Balado Québec. Si Sauvage de Nature vous inspire à sortir cet hiver, le Yukon est un paradis pour les sports d’aventure, tout particulièrement les alentours de Haines Junction avec le Parc national et réserve du parc Kluane, de même que le col de Haines. « Peu importe l’endroit, ce qui va être le plus important c’est les gens avec qui je vais être », conclut Martin Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *