Accueil » Actualités » Mandat pour le ministre des Affaires du Nord, une question de développement

Mandat pour le ministre des Affaires du Nord, une question de développement

Jennifer Gravel—Initiative de journalisme local — APF

Le défi pour le nouveau ministre des Affaires du Nord, Dan Vandal, réside dans la collaboration entre les ministères et les relations avec les peuples autochtones.

Dan Vandal, ministre des Affaires du Nord en compagnie de M. Trudeau.
Photo : Twitter

Selon la lettre de mandat du premier ministre Justin Trudeau, le nouveau ministre des Affaires du Nord, Dan Vandal, devra travailler à augmenter les opportunités économiques et à améliorer la qualité de vie dans le Nord du Canada. Dévoilé en décembre, le mandat du ministre Vandal met en évidence les liens devant être maintenus avec les différents ministères, plus précisément ceux des transports, du développement économique et des ressources, de l’environnement et surtout des relations avec les peuples autochtones.

Ces relations sont d’ailleurs très importantes pour l’équipe libérale. En plus d’en avoir fait mention à plusieurs reprises pendant la campagne électorale, Justin Trudeau l’évoque également dans sa lettre au ministre Vandal : « Il n’y a pas de relations plus importantes pour moi et pour le Canada que celle que nous entretenons avec les peuples autochtones ». La poursuite du progrès auprès des Premières Nations, des Inuits et de la Nation des Métis — en matière d’appui à l’autodétermination, à l’amélioration de la prestation des services et à la progression de la réconciliation — font aussi partie des priorités pour le ministre des Affaires du Nord.

Les grandes priorités : développement  et qualité de vie

Le développement des régions du Nord reste une cible importante dans toutes ses sphères, en plus du renforcement de la relation avec les gouvernements territoriaux et l’avancement des politiques et des programmes qui appuient les habitants du Nord. À ce sujet, les grandes priorités établies pour le ministre Vandal sont assez variées passant de l’éducation post-secondaire aux infrastructures et à la mise sur pied de programmes pour les mines abandonnées.

L’accès insuffisant aux études postsecondaires dans les territoires représente pour le ministre Vandal un manque d’infrastructure important à combler durant son mandat. Malgré l’adoption d’un projet de loi pour l’ouverture d’une université au Yukon, l’importance de l’éducation post-secondaire reste toujours d’actualité. Le Nunavut et les Territoires du Nord-Ouest affichent également une lacune importante quant à l’accès aux études postsecondaires.

Des projets d’appui pour la construction et l’exploitation d’une installation de traitement au Nunavut et des projets d’hydro-électricité sont aussi mentionnés dans les priorités du ministre. Les besoins résident particulièrement dans les infrastructures de base, mais des projets comme la remise en état des mines abandonnées du Nord sont également abordés.

Le ministre Vandal sera appuyé dans son mandat par sa secrétaire parlementaire Yvonne Jones, qui réside à Terre-Neuve et Labrador. Par ailleurs, il exécutera une partie de son mandat en collaboration avec le secrétaire parlementaire de la ministre du Développement économique et des Langues officielles, Larry Bagnell, qui travaillera exclusivement avec l’Agence canadienne de développement économique du Nord.

Les partenariats avec les autres ministres et les communautés du Nord sont au cœur des objectifs du nouveau ministre des Affaires du Nord. Un défi de taille pour ce dernier qui reste optimiste dans son nouveau mandat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *