Accueil » Éditorial » Lumières

Lumières

Maryne Dumaine

Lumière du matin sur le lac Marsh – novembre 2019
Photo : Maryne Dumaine

 

Noirceur, températures indécises, début de syndrome de dépression saisonnière, campagne de vaccination contre la grippe… Voilà ce qui revient dans les conversations de coin de rue ces jours-ci.

Aucun doute, novembre est arrivé!

Bientôt, la neige refera son apparition et nous pourrons de nouveau dévaler les pentes, manger de la tire d’érable, glisser dans les sentiers et profiter des joies des lacs gelés de notre beau territoire.

Cet entre-deux, pourtant, n’est pas vraiment confortable, avouons-le. Toute transition, quelle qu’elle soit, apporte souvent son lot de défis. Observez donc un enfant qui doit s’habiller pour quitter la garderie, ou le matin, pour aller à l’école! L’inconfort, issu de cet état provisoire, de cette zone grise et un peu floue, est alors presque palpable. La transition automnale, c’est un peu ça.

Pourtant, au milieu de cette grisaille, il y a de la lumière. Et je ne parle pas des guirlandes lumineuses qui prennent déjà place dans les rues, confirmant une volonté de passer directement de l’Halloween au temps des Fêtes par une sorte de déni collectif de l’existence du mois de novembre.

La lumière, c’est tout d’abord les anniversaires des bébés nés entre la fin octobre et la mi-novembre. Au journal, il s’agit des deux tiers de l’équipe! Alors j’en profite pour leur souhaiter un excellent anniversaire. Grâce à vous, scorpions, nous avons des occasions de célébrer, de nous réunir et de nous réchauffer le cœur au milieu de cette période transitoire.

La noirceur, c’est aussi l’occasion de sortir regarder les étoiles, parce qu’il ne fait pas encore trop froid et que la nuit défile déjà, lentement, parée de ses plus beaux atours. Observer les constellations, les aurores boréales, faire de longues promenades dans la forêt…

C’est aussi l’opportunité de prendre un temps de réflexion et de gratitude. Le jour du Souvenir nous rappelle que nous vivons dans un pays en paix. Ne l’oublions pas en cette Semaine nationale de l’immigration francophone (du 3 au 9 novembre). Le Canada, pays créatif, dynamique et peuplé de gens passionnés est, somme toute, assez paisible, surtout lorsque l’on adopte l’angle de l’immigration, croyez-moi.

En parlant de gens passionnés, souhaitons la bienvenue aux personnes qui sont au Yukon dans le cadre du Parlement franco-canadien du Nord et de l’Ouest. Du 7 au 11 novembre, 43 jeunes d’expression française âgés de 16 à 25 ans et provenant du Manitoba, de la Saskatchewan, de l’Alberta, de la Colombie-Britannique, du Nunavut, des Territoires du Nord-Ouest et du Yukon seront à Whitehorse pour une simulation parlementaire. Des jeunes qui s’impliquent, voilà encore une nouvelle qui réchauffe le cœur.

Pour conclure, n’oubliez pas que si novembre vous apporte de la grisaille intérieure, vous n’êtes pas seuls. Il existe un programme de luminothérapie à la bibliothèque de Whitehorse, et une ligne d’écoute téléphonique en français, disponible 24 h/24 h (1 800 567-9699). Nous avons aussi une belle communauté qui regorge d’événements culturels et sociaux. C’est le moment d’en profiter. « Alors, dansez maintenant! ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *