Accueil » Actualités » Louis-Jean Cormier en duo à Whitehorse

Louis-Jean Cormier en duo à Whitehorse

Louis-Jean Cormier en duo à Whitehorse

Thibaut Rondel

Dans le cadre du Coup de cœur francophone, le musicien québécois Louis-Jean Cormier se produira le 20 novembre prochain sur la scène du Old Fire Hall de Whitehorse. Désormais lancé dans une carrière solo fort prometteuse, l’ex-chanteur du groupe Karkwa sera pour l’occasion accompagné de la fille du chanteur Michel Rivard, Adèle Trottier-Rivard.

« La tête en suspens, les pieds sur terre, c’est un spectacle que j’ai monté avec ma choriste et percussionniste Adèle Trottier-Rivard. C’est une musicienne et une mélomane accomplie qui a un bagage vraiment intéressant. À nous deux, nous jouons d’un kit de batterie complet, et pour combler les basses, je joue de la guitare de façon un peu plus lourde », explique Louis-Jean Cormier.

Au programme du spectacle, la présentation du premier album solo de l’artiste, Le treizième étage, sorti en septembre 2012, ainsi que des titres de Karkwa.

« Le spectacle de la tournée de l’album est tout aussi jouissif, mais du fait de son imposante délégation, nous ne pouvions pas le traîner à travers tout le Canada », indique le musicien. « Mais autant il est stimulant pour nous de travailler en duo, autant cette formule est alléchante pour certains diffuseurs prêts à prendre le pari d’acheter le “petit” spectacle. »

Le budget alloué par le Coup de cœur francophone pour organiser cette tournée dans les communautés francophones de l’Ouest canadien ne permettait pas de toute façon de prendre en charge le transport d’une équipe complète. Selon Louis-Jean Cormier, la formule est tellement porteuse que le duo envisage aujourd’hui de la présenter sur une base plus régulière.

Karkwa en pause longue durée

En solo depuis plus d’un an, Louis-Jean Cormier a donc dû suspendre sa collaboration au sein du groupe Karkwa qu’il a cofondé en 1998. Officiel-lement, la formation est cependant encore sur les rails, selon lui.

« Nous sommes toujours à l’écoute les uns des autres, car nous avons toujours été vraiment interreliés et interdépendants », affirme Louis-Jean Cormier. « Aujourd’hui, tout le monde fait des choses ailleurs, certains sont stimulés par l’arrivée de jeunes enfants et par l’accomplissement d’autres choses. Rien ne va donc se passer dans un avenir rapproché, mais à long terme, une réunion pour un nouveau disque pourrait très bien arriver », lance-t-il.

Lorsque la décision a été prise de mettre sur pause l’activité du groupe Karkwa, dix-huit mois de tournée restaient encore à accomplir. Pendant ce temps, Louis-Jean Cormier a continué à écrire des chansons qu’il jugeait aller dans une direction différente du style du groupe.

« Je me suis dit, pourquoi ne pas me lancer dans une aventure solo, juste pour le fun? », raconte-t-il. « Puis finalement, cette idée a commencé à devenir de plus en plus sérieuse, puisque beaucoup de spectacles avaient déjà été réservés avant même que j’aie fini d’écrire mes chansons. Alors je me suis dit, coudonc, ça va peut-être devenir une carrière parallèle! Et on s’en parle aujourd’hui, un an après la sortie de l’album, beaucoup de ventes et beaucoup de spectacles qui affichent presque tous complet. Alors j’ai l’impression d’avoir finalement fait le bon choix! »

Deux tournées et une nouvelle famille

La tournée de présentation de l’album Le treizième étage a débuté le 27 septembre dernier et prendra fin à la mi-avril 2014. Vingt dates ont été programmées au Québec, et une tournée française de cinq dates vient d’avoir lieu du 29 octobre au 2 novembre.

La tournée en duo La tête en suspens, les pieds sur terre compte quant à elle douze dates dans l’Ouest, réparties entre novembre 2013 et juin 2014.

« La tournée du Treizième étage, c’est avec une nouvelle famille, vraiment une belle gang, autant les techniciens que les musiciens », assure Louis-Jean Cormier.

« Elle compte beaucoup de gens que j’ai rencontrés dans les dernières années, ou que je connais depuis l’école, comme Marc-André Larocque, à la batterie, Guillaume Chartrain, à la basse, et Simon Pedneault, à la guitare. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *