Accueil » À la une » L’iniquité salariale inquiète les femmes francophones et acadiennes

L’iniquité salariale inquiète les femmes francophones et acadiennes

Charles-Antoine Côté (Francopresse)

L’Alliance des femmes de la francophonie canadienne dénonce les méfaits de l’iniquité salariale et de ses incidences sur les régimes de retraite des femmes.

Lily Crist, présidente de l’Alliance des femmes de la francophonie canadienne, était présente au Yukon en juin dernier à l’occasion de l’AGA de l’organisme Les EssentiElles.
Photo : Maryne Dumaine

 

L’iniquité salariale et ses effets sur les fonds de retraite : il s’agit de la principale inquiétude des femmes, révèle une consultation pancanadienne. Lily Crist, présidente de l’Alliance des femmes de la francophonie canadienne (AFFC), qui a mené l’étude terrain avec la Chaire de recherche sur la francophonie et les politiques publiques de l’Université d’Ottawa, sonne l’alarme. « Ça affecte trop les femmes même au niveau de leur retraite; ça affecte les jeunes femmes qui rentrent dans le milieu du travail. Ça n’a aucun sens : c’est tellement systématique, ça ne devrait même pas exister. »

Et en cas de disparité salariale, celles qui tentent de se tourner vers des ressources pour leur venir en aide doivent affronter des barrières linguistiques, explique la présidente. « Si vous vivez en milieu rural et que vous êtes une femme qui est payée moins qu’un homme, par exemple, les barrières de langue peuvent être une source d’iniquité aussi, car les services que vous recevrez ne seront pas les mêmes. »

Bien que la discrimination salariale inquiète toujours par le genre, Lily Crist ne pense pas que la francité ait une incidence. Selon elle, les femmes francophones gagneraient autant que leurs collègues anglophones. Elle prévient toutefois que pour certains groupes, la situation peut être différente. « On peut aborder ça de différentes façons, mais au niveau des immigrantes francophones ou des femmes autochtones, il y a des disparités salariales par rapport aux femmes canadiennes  établies. »

Des lacunes dans les services

L’analyse des consultations met en évidence d’autres enjeux qui touchent les femmes francophones et acadiennes en situation minoritaire : l’accès aux services de santé en français, l’accès aux services de garderie et des frais qui en découlent.

L’accès aux services de santé en français est le second enjeu d’importance relevé par les femmes francophones. Bien que la situation diverge d’une province à l’autre, la consultation révèle que le besoin d’accès reste le même.

La consultation a aussi permis de soulever le fait qu’il manque de services de garde de francophones dans les milieux où le français est en situation minoritaire. De plus, il est difficile de trouver des garderies de langue française à des frais raisonnables.

Pour Lily Crist, cet enjeu est d’autant plus important pour des raisons culturelles. « Pour pouvoir garder sa langue et sa culture, le fait d’avoir des garderies francophones, ça permet à la prochaine génération de vivre dans sa langue, de préserver son identité sa culture et c’est un enjeu qui touche beaucoup les mères francophones et que l’on prend très au sérieux. »

Les suites

La consultation, menée auprès des membres de l’AFFC, a pris fin le 4 août. Une telle consultation a permis de collecter des données auprès de 400 participantes pour lancer un son de cloche à l’approche des prochaines élections fédérales. D’ailleurs, l’AFFC organisera des débats lors de son congrès annuel qui aura lieu du 13 au 15 septembre à Ottawa. Tous les partis politiques y sont conviés afin de les conscientiser aux besoins des femmes francophones et acadiennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *