Accueil » Actualités » Société » L’immigration francophone et la dualité linguistique canadienne

L’immigration francophone et la dualité linguistique canadienne

Gilles Levasseur
(L’auteur est avocat et professeur à l’Université d’Ottawa)

La dualité linguistique est une caractéristique fondamentale de l’identité canadienne et il est nécessaire de prendre toutes les dispositions afin que cette dernière continue à nous définir et nous enrichir comme société.

Gilles Levasseur (Gracieuseté)

Gilles Levasseur (Gracieuseté)

Cette dualité linguistique canadienne est un trait dominant de notre image internationale et nous avons le devoir de prendre tous les moyens afin que cette valeur canadienne puisse prospérer dans toutes les régions du Canada.

Principes rattachés au respect de la dualité linguistique

La dualité linguistique canadienne, caractéristique fondamentale de notre société, est tributaire des principes suivants :

  • Une croissance démographique qui permet un équilibre entre les deux grandes communautés linguistiques au Canada; ceci inclut une politique d’immigration reconnaissant l’importance de la dualité linguistique comme norme fondamentale du Canada et appuyer par des moyens administratifs et financiers afin que les entités gouvernementales, dont principalement le gouvernement du Canada, puissent agir efficacement afin de maintenir cette valeur sociale typiquement canadienne;
  • Une valorisation économique des langues officielles du Canada permettant aux Canadiens et les nouveaux arrivants de s’identifier pleinement à la dualité linguistique et de développer des réactions identitaires positives envers les deux communautés de langues officielles. Le nouvel arrivant doit être sensibilisé à la présence des communautés de langues officielles en situation minoritaire afin que ce dernier puisse poser des choix linguistiques et identitaire qui soient dans l’intérêt des politiques publiques d’immigration canadienne;
  • Une reconnaissance et une volonté de faire la promotion de la dualité linguistique par les divers ordres de gouvernement et au départ, par le gouvernement du Canada. Ceci comprend la protection et la promotion des minorités de langues officielles par une politique d’immigration construite sur le respect du poids démographique des communautés de langues officielles et la volonté de voir à l’épanouissement et le développement de ces communautés de langues officielles;
  • Une collaboration entre les divers ordres gouvernementaux afin que l’intégration des nouveaux arrivants puissent assurer le respect de la dualité linguistique à travers le Canada et d’éviter une polarisation linguistique dans les régions canadiennes.

Constats

Il est décevant de constater que les résultats de l’immigration canadienne n’ont pas permis d’assurer un maintien, voire une croissance du poids démographique des communautés de langues officielles en milieu minoritaire. Cette situation résulte des actions suivantes :

  • Un manque de moyens permettant de bien sélectionner les nouveaux arrivants possédant une connaissance adéquate des deux langues officielles et en particulier pour ceux parlants français. Cette absence de moyens comprend aussi une lenteur gouvernementale fédéral d’agir afin d’assurer le respect du poids démographique des communautés de langues officielles en milieu minoritaire;
  • Un manque d’intégration des nouveaux arrivants au sein des communautés de langues officielles incluant une absence d’infrastructure et de mécanismes permettant à ces derniers de participer pleinement aux groupes minoritaires;
  • Une absence de valorisation des communautés de langues officielles pour les nouveaux arrivants, développant chez ces derniers le désir de s’intégrer au sein du groupe majoritaire pour des raisons principalement économique. Le nouvel arrivant recherche au départ une nouvelle qualité de vie au Canada et ceci comprend un rendement économique. Toutefois, si on ne valorise pas la connaissance des deux langues officielles, les nouveaux arrivants vont avoir tendance à s’inscrire dans les pas du groupe majoritaire limitant par la suite, la capacité aux nouveaux arrivants de s’intéresser au groupe minoritaire.
  • L’absence par les communautés de langues officielles en milieu minoritaire d’appuyer les démarches gouvernementales afin de bien encadrer et intégrer les nouveaux arrivants;
  • Une démarche gouvernementale plus robuste obligeant la sélection de nouveaux arrivants dans les communautés de langues officielles afin que les résultats de la sélection des immigrants puissent assurer le maintien du poids démographique des communautés de langues officielles en milieu minoritaire.

Recommandations

Nous devons encourager la prise de moyens efficaces afin d’assurer un avenir aux communautés de langues officielles en situation minoritaire. Ces moyens sont exigeants et contraignants mais les politiques publiques doivent être mise en œuvre dans une vision globale de l’identité canadienne. Ceci comprend :

1. Une intégration des politiques et des moyens d’immigration entre les divers ordres gouvernementaux afin de mieux encadrer et intégrer les nouveaux arrivants dans les communautés de langues officielles. Une fois la sélection des nouveaux arrivants compléter, le gouvernement du Canada doit travailler de concert avec les provinces afin que ces derniers puissent s’intégrer dès les premiers jours au Canada aux communautés de langues officielles. Trop souvent, les nouveaux arrivants sont laissés à leur compte et doivent faire des choix sans comprendre les enjeux canadiens et l’importance de la dualité canadienne. Le gouvernement du Canada doit accompagner les nouveaux arrivants dans leurs démarches d’intégration au sein du Canada.

2. De comptabiliser favorablement lors du processus d’obtention du statut de résident permanent et de la citoyenneté canadienne, la capacité des nouveaux arrivants de s’inscrire au sein des institutions scolaires dans les communautés de langues officielles et l’apprentissage de la langue officielle du milieu minoritaire. Le système d’éducation est le moyen par excellence permettant aux nouveaux arrivants d’apprécier les communautés de langues officielles en milieu minoritaire et d’apprendre rapidement les deux langues officielles. Cette comptabilisation inclurait des points supplémentaires lors de la sélection des nouveaux arrivants suite à un engagement de s’inscrire dans une institution scolaire en milieu minoritaire.

3. D’établir des objectifs de sélection de nouveaux arrivants où 10 % d’entre eux puissent avoir une capacité immédiate de communiquer efficacement et avec efficience en tenant compte de l’exigence qu’ils s’établissent dans les régions de communautés de langues officielles en milieu minoritaire. Il faut augmenter le pourcentage de nouveaux arrivants pouvant communiquer en français afin que le poids démographique des francophones hors Québec soit maintenu afin que la dualité linguistique continue d’être une valeur vibrante pour tous les Canadiens et Canadiennes.

Nous avons le devoir d’agir car l’immigration est un outil essentiel au développement du caractère identitaire canadien ce qui inclus la présence vibrante des communautés de langues officielles en milieu minoritaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *