Accueil » À la une » L’heure du bilan avec le nouveau chef des hôpitaux du Yukon

L’heure du bilan avec le nouveau chef des hôpitaux du Yukon

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

Marie Ponchel

Nommé en mai dernier chef des hôpitaux de Whitehorse, Dawson et Watson Lake, c’est depuis son bureau que le Dr René Soucy revient sur les motivations qui l’ont conduit à accepter ce poste, les dossiers prioritaires et les solutions qu’il souhaite mettre en œuvre dans les prochaines années pour améliorer les services de santé au territoire.

Le Dr René Soucy pensait prendre sa retraite en juin 2018, mais son chemin de vie a bifurqué et l’a mené au Yukon où il a pris les rênes des hôpitaux du territoire à titre de responsable. Un défi qu’il s’apprête à relever avec enthousiasme. Photo fournie


La vie peut parfois réserver de belles surprises professionnelles et le Dr René Soucy en est la preuve vivante. En effet, alors qu’il s’apprêtait à prendre une retraite bien méritée après avoir travaillé dans le milieu hospitalier près de Vancouver, comme travailleur consultatif à Kamloops et dans le domaine médico-légal à l’Association canadienne de protection médicale (ACPM), voilà qu’il entend parler d’un poste au Yukon.

Natif du Québec, c’est par l’entremise de son fils installé en 2014 à Whitehorse qu’il s’intéresse au territoire. De fil en aiguille, il s’y installe avec son épouse en 2016 et réduit ses heures à l’ACPM dans l’optique de glisser doucement vers la retraite en juin 2018. Mais le destin en a décidé autrement et le voilà, depuis le 22 mai dernier, responsable des hôpitaux du Yukon.

Connaître et reconnaître

Majoritairement présent à l’Hôpital de Whitehorse, malgré une visite en juin dernier à Dawson, les premières semaines du Dr Soucy ont été consacrées à la rencontre des équipes. « Connaître, reconnaître, me faire connaître auprès des différents acteurs principaux, l’équipe médicale, les administrateurs, le personnel de soutien, la communauté en général et évidemment, les interactions fréquentes avec le gouvernement, voilà ce qui m’a occupé ces trois premiers mois », confie-t-il.

Comme la charge de travail est conséquente et qu’il est difficile, géographiquement, d’être présent dans les trois hôpitaux, un associé-chef qui connaît déjà le milieu sera recruté dans les prochaines semaines. Très conscient de la marche qui lui reste à gravir, il évoque avec enthousiasme cette future nomination : « Je ne peux pas tout faire tout seul. Cet associé-chef est implanté ici et pourra m’aider avec l’historique des hôpitaux, que je ne connais pas, mais que je commence à comprendre. »

De nouvelles infrastructures mises en place

En pleine mutation, l’Hôpital de Whitehorse a accueilli une nouvelle salle des urgences en janvier dernier. À Whistle Bend s’apprête également à ouvrir un centre de soins de longue durée, à l’automne prochain. Lorsque l’on évoque ensemble la pénurie de lits et l’engorgement dans les urgences, le Dr René Soucy parle « d’une amélioration à venir » : « À la fin du mois de septembre, le Centre Thomson offrira dix nouveaux lits de soins prolongés, ce qui nous permettra d’utiliser ces ressources pour transférer certains de nos patients en attente. »

Des défits à relever

Quasi trois mois après sa nomination, le Dr Soucy admet que le plus difficile a été le côté administratif, avec un « apprentissage assez rapide », mais un « excellent soutien ». Mais le bilan est positif. « Je ne me demande pas ce que je fais là, au contraire, j’ai un rôle à jouer, une perspective médicale à apporter. L’énergie, la curiosité, le défi sont toujours là, c’est le principal. » Un seul regret? « D’être loin de ma famille, ma mère, mes frères et sœurs, restés à Québec. »

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *