Accueil » À la une » Les sœurs Roldan : du vélo, sinon rien!

Les sœurs Roldan : du vélo, sinon rien!

Kelly Tabuteau

Alors que les jumelles reviennent tout juste du Québec où elles ont participé à différentes étapes de la Coupe Canada de vélo de montagne de Baie-Saint-Paul et de Sherbrooke, Mara, Aïsha et Mathilde Roldan se sont illustrées localement à Whitehorse lors du Tour de Haines Junction.

Aïsha, Mara et Mathilde Roldan
Photo : fournie

Roldan est un nom de famille que l’on retrouvait, le mois dernier, dans plusieurs rubriques sportives de médias locaux. Il faut dire que les trois sœurs à qui il est associé ont récemment remporté un franc succès dans de nombreuses courses de vélo, finissant sur le podium quasiment à chaque compétition. Que ce soit sur les sentiers ou sur la route, elles excellent dans leur discipline. Bien sûr, chacune a ses préférences, ses forces et ses faiblesses, mais quoi qu’il arrive, c’est ensemble qu’elles s’entraînent pour progresser dans leur discipline.

Une routine peu ordinaire

Avec deux heures d’entraînement quotidien, les jumelles Mara et Aïsha (15 ans) et leur plus jeune sœur Mathilde (13 ans) doivent faire preuve d’organisation. Non seulement elles doivent concilier études et sport, mais elles doivent aussi réussir à suivre le rythme familial nomade. En effet, depuis cinq ans maintenant, toute la famille vit dans un autobus aménagé et sillonne les routes du Canada et des États-Unis. Si l’idée de départ était de découvrir de nouveaux horizons, l’objectif a quelque peu évolué à présent. Mara Roldan confie : « Pour le moment, nous voyageons surtout pour les courses de vélo. Nous créons notre itinéraire en fonction des divers événements auxquels nous pouvons participer. » Et c’est grâce à une mécanique bien huilée que le tout est possible. Mathilde raconte : « De 8 h 30 à 13 h, on étudie. Puis, on s’entraîne et, selon les jours, on prend la route vers une nouvelle destination. » Aïsha, quant à elle, nuance : « Notre style de vie peut cependant être aléatoire. Nous ne sommes pas à l’abri d’un bris mécanique ou d’une étape de route plus longue, coupant court à notre entraînement. »

Une connexion Internet

Finalement, tout ce qu’il faut pour éviter qu’un grain de sable ne se mette dans l’engrenage de ce quotidien si bien planifié, c’est une connexion Internet. Car oui, les adolescentes fréquentent l’école virtuelle du Yukon (Aurora Virtual School) et ont accès à un plan d’entraînement en ligne. Les jumelles ont en effet commencé à suivre, en janvier de cette année, un programme d’entraînement conçu par un instructeur du Québec, Daniel Cyr. À l’aide d’un document partagé, chacun contribue à l’évolution du projet : l’entraîneur en y inscrivant le détail de chaque séance, et Mara et Aïsha en y précisant les sensations physiques ressenties et les données recueillies au cours de l’exercice (fréquence cardiaque maximale et moyenne, etc.). Mathilde aimerait elle aussi se lancer dans le même type de préparation physique très prochainement.

Aujourd’hui, aucune des trois filles n’a vraiment besoin de motivation pour continuer sa pratique du vélo. En cas de baisse d’énergie, Aïsha et Mathilde peuvent toujours compter sur Mara pour rebooster les compteurs. Pour le moment, elles vivent leur passion au jour le jour, sans véritablement se poser de questions quant à la suite. Chacune suit ses propres objectifs, dont le fondement est pourtant le même : se fixer des buts personnels, qui ne dépendent que de soi-même. Bonne route, les filles!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *