Accueil » À la une » Les EssentiElles soufflent 20 bougies cette année

Les EssentiElles soufflent 20 bougies cette année

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

Françoise La Roche

Que faisiez-vous quand vous aviez 20 ans? Plusieurs d’entre vous pourraient répondre : « La fête! » C’est exactement ce qu’a décidé de faire l’organisme Les EssentiElles pour célébrer leurs vingt ans d’existence.

Maryne Dumaine nous montre quelques objets de décoration qui serviront lors de la soirée anniversaire pour les 20 ans des EssentiElles. Photo : Françoise La Roche.

Maryne Dumaine nous montre quelques objets de décoration qui serviront lors de la soirée anniversaire pour les 20 ans des EssentiElles. Photo : Françoise La Roche.

Les EssentiElles invite toute la population à un souper-bénéfice le 13 mars, à la salle communautaire du Centre de la francophonie pour s’amuser sous le thème des années 1990. Au menu et au programme : hambourgeois maison, frites et cocktails spéciaux; ensuite, la piste de danse accueillera les gens costumés, s’ils le désirent, qui pourront se déhancher au rythme de la musique spécialement préparée par un présentateur. De plus, ils auront une chance de gagner des prix de présence.

Il y a 20 ans

C’est le 13 mars 1995 qu’a été incorporé l’organisme Les EssentiElles. Sa mission de représenter les intérêts des femmes francophones du Yukon et de favoriser leur épanouissement est toujours la même, vingt ans plus tard. Le rôle des EssentiElles n’a pas changé. Le but est de faire en sorte que les femmes se sentent bien dans leur communauté, et ce, sous tous les aspects.

L’effectif à la naissance des EssentiElles était de treize membres. Aujourd’hui, on en compte une cinquantaine.

Interrogée sur les sujets d’intérêt à l’époque en regard de ceux traités en 2015, Maryne Dumaine, directrice par intérim des EssentiElles, explique : « On s’intéressait aux mêmes sujets : mieux-être, appui aux familles, éducation (relations saines), justice sociale et représentation. Le sujet de la violence existait en 1995, et il existe encore en 2015. Il y a de plus en plus de campagnes de sensibilisation contre la violence. Je pense qu’on fait de grands pas en avant en ce moment. Les hommes s’impliquent de plus en plus. On voit des retombées. Ils sont de plus en plus ouverts à l’idée de s’impliquer. C’est vraiment quelque chose qui a beaucoup changé. »

Aujourd’hui

Qu’en est-il des réalisations concrètes pour les femmes dans le monde d’aujourd’hui? Selon Maryne Dumaine, la société a obtenu certains acquis. Sur le plan de la famille, beaucoup de choses ont changé. « L’implication des hommes dans les causes des femmes, ça a énormément évolué au cours des dernières années. Les papas s’occupent des enfants à la maison, ils ont obtenu des congés de paternité. Et ce n’est pas seulement que ces mesures soient officialisées, mais c’est que les pères s’en prévalent. La maman partage le congé de maternité avec le papa. Ça aide beaucoup dans l’équilibre de la famille en général. Il y a des choses qui ont changé dans le rôle des hommes dans la vie des femmes. Ça s’est plus équilibré. »

L’avenir

Sans prédire l’avenir, Maryne Dumaine a quand même une image de ce que deviendra Les EssentiElles dans vingt ans. Elle espère qu’en 2035, le sentiment d’entraide et de communauté pour les femmes existera encore, et qu’elles pourront toujours trouver un soutien auprès des membres du groupe. « Dans 20 ans, les EssentiElles seront toujours là, » assure Mme Dumaine.

« J’aimerais aussi qu’on ait obtenu des résultats positifs au sujet de la violence et de la justice sociale envers les femmes, » ajoute-t-elle.

Autres activités

Deux autres activités s’inscrivent dans la programmation des fêtes du 20e anniversaire. L’exposition collective et multidisciplinaire Féminisme(s) présente les œuvres des artistes suivants : Youkali Abigor;

Édith Babin; Angélique Bernard; Gabrielle Dupont; Karen Éloquin-Arseneau; ioleda; Anne-Marie Lemaire; Stéphanie Moreau; et Ruban blanc Yukon. Le vernissage aura lieu le 6 mars, à 18 h au Old Fire Hall.

Ne manquez pas la deuxième édition de la pièce Je parle français and I love in English les 6 et 7 mars 2015 à 19 h 30 au Old Fire Hall.

De plus, à l’occasion de ses 20 ans, l’organisme Les EssentiElles revoit sa stratégie de communication et travaille à remodeler l’image du groupe pour la rendre plus actuelle. Les résultats seront dévoilés à l’assemblée générale annuelle en juin 2015.

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0


Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *