Accueil » Actualités » Sports et loisirs » L’éclairage engagé ou la reconquête des étoiles

L’éclairage engagé ou la reconquête des étoiles

Marie Mounier

La Société d’astronomie du Yukon a récemment félicité le Club de ski de fond de Whitehorse pour le changement d’éclairage de ses pistes de ski qui diminue considérablement le taux de pollution lumineuse.

La pollution lumineuse affecte la santé humaine, l’environnement, mais aussi la possibilité de profiter de la Voie lactée. Photo libre de droits

 

À la nuit tombée, un halo orangé illumine le ciel du Yukon : c’est la ville de Whitehorse, visible à plus de 50 kilomètres de distance. C’est ce qu’on appelle la pollution lumineuse, un problème qui affecte non seulement la santé humaine, l’environnement, mais aussi la liberté de profiter de la Voie lactée. C’est dans ce combat que s’engage la Société d’astronomie du Yukon (RASC Yukon) et pour cela que le Club de ski de fond de Whitehorse a fait appel à ses conseils.

Leur objectif commun était clair : offrir aux skieurs des pistes correctement éclairées sans affecter la visibilité des étoiles la nuit. Une initiative simple, mais félicitée par la RASC Yukon dans une lettre de félicitations à l’égard du Club de ski de fond de Whitehorse. « Nous souhaitions mettre en avant la prise de conscience du Club afin d’en faire un exemple communautaire », affirme Forest Pearson, directeur du Service de la lutte contre la pollution lumineuse de la RASC Yukon.

Un éclairage contrôlé et responsable

Le Club de ski de fond de Whitehorse s’était déjà engagé depuis des dizaines d’années à éteindre les lumières de ses pistes de ski une fois le centre fermé. Cette initiative avait été instaurée par le Club pour non seulement diminuer la pollution lumineuse, mais aussi pour réduire sa consommation d’énergie en plus des coûts de l’électricité.

Cela dit, depuis cet automne, c’est le système d’éclairage du Club qui a été modifié afin de diminuer son impact environnemental. La solution semblait évidente : un faisceau lumineux dirigé sur la piste seulement et des ampoules d’un blanc chaud ou de couleur ambrée. Le réseau de ski reste donc toujours aussi lumineux, mais la pollution lumineuse est réduite de 3 à 5 fois, comparativement aux éclairages blancs excessifs utilisés dans la plupart des systèmes DEL. « La balade est plus agréable », assure une habituée des pistes. « La couleur orangée est moins agressive pour les yeux. »

« Il s’agit avant tout d’ajuster la quantité nécessaire [d’éclairage] », explique Forest Pearson. « Trop de lumière n’est pas synonyme de qualité, et il est important de réfléchir à quand, comment et où éclairer afin de réduire la pollution lumineuse, mais aussi d’optimiser l’éclairage en général. »

Un geste après l’autre

Ce n’est pas la première fois que la RASC Yukon reconnaît une entreprise pour son engagement. En 2016, elle a envoyé une lettre de félicitations à la compagnie d’électricité ATCO Electric Yukon pour avoir mis en place un système d’éclairage de la chaussée approuvé par l’Association internationale Dark-Sy, elle aussi engagée dans la lutte contre la pollution lumineuse.

Chaque geste compte. « Nous conseillons aux particuliers de commencer par changer la couleur de leurs ampoules, puis de leurs installations lumineuses qui consomment d’ailleurs souvent trop d’énergie », insiste Forest Pearson. « [Nous continuons] à pousser les entreprises et la ville à modifier leurs systèmes d’éclairage. »

« Pour beaucoup, la lumière est synonyme de sécurité, alors qu’il a été démontré que moins d’éclairage public diminue en réalité le vandalisme », argumente-t-il.

La RASC Yukon se tient donc à la disposition de chacun afin de conseiller des installations lumineuses plus économiques dans le temps, mais surtout aussi une possibilité pour la population de retrouver le ciel étoilé du Yukon, même en plein centre-ville.

Initiative de journalisme local APF – Territoires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *