Accueil » Actualités » Le tennis léger (pickleball) de plus en plus populaire

Le tennis léger (pickleball) de plus en plus populaire

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

Kelly Tabuteau

Si tout le monde connaît le tennis, le racquetball, le squash et le badminton, ne serait-ce que de nom, peu sont familiers avec le pickleball. Pourtant, le tennis léger n’est autre qu’un mélange de ces quatre disciplines. Inventé dans les années 1960 aux États-Unis, sa notoriété ne cesse d’augmenter au Canada; et bien entendu, le Yukon ne résiste pas à la vague, se laissant submerger par le phénomène. L’Aurore boréale vous offre un tour d’horizon de ce nouveau sport à la mode.

Description et règles de base

Variante du tennis traditionnel, le tennis léger se joue sur un terrain de badminton (13,40 x 6,10 m), séparé en deux parties par un filet dont la hauteur au centre est 0,86 m. On y joue avec des raquettes rigides et pleines, d’une taille similaire à celles utilisées pour le racquetball, et avec des balles perforées en plastique.

Si, au Yukon, on s’entraîne principalement en salle, le sport peut également se pratiquer en extérieur, tant que la surface du sol est dure; et comme pour la majorité des sports de raquette, un match peut se disputer en simple ou en double.

Le principe pour marquer des points est d’envoyer la balle (au-dessus du filet) dans la partie adverse du terrain, sans que ce dernier puisse la retourner. Jusqu’ici, tout semble simple. Il existe pourtant des spécificités uniques à cette activité, notamment au service, où la balle doit avoir un mouvement du bas vers le haut (pas de service attaqué comme au tennis donc), ou encore avec la règle du double bond où le jeu à la volée est interdit sur le service adverse, comme sur son retour.

Un sport idéal pour les personnes aînées

Bien que l’on retrouve beaucoup de similitudes avec le tennis (en particulier avec le type de mouvements rencontrés), la taille du terrain et le matériel utilisé permettent de réduire d’environ un tiers la vitesse du jeu, rendant alors le tennis léger moins contraignant pour les articulations et les muscles, et, par la même occasion, accessible à un plus grand nombre.

Le pickleball est fort plébiscité par les aînés. Photo : Kelly Tabuteau


L’Association des aînés actifs de Whitehorse (ElderActive Recreation Association) l’a d’ailleurs bien compris puisque c’est elle qui se charge de la réservation des créneaux horaires au Centre des Jeux du Canada. Ainsi, le tennis léger s’est ajouté à sa liste d’activités, côtoyant, entre autres, yoga, Pilates et marches hebdomadaires.

Brenda Morrison, francophile, enseignante retraitée depuis 2010 qui habite le Yukon depuis 22 ans, a commencé à jouer il y a environ deux mois. Elle raconte : « Je skiais beaucoup, mais cette année, la météo n’est pas vraiment clémente. Alors, quand une amie m’a parlé du tennis léger, j’ai voulu essayer, et j’ai tout de suite adhéré! On fait de l’exercice tout en s’amusant dans une ambiance conviviale et décontractée. Puis, c’est facile à apprendre et on voit une progression beaucoup plus rapidement qu’au tennis! Je pratique désormais quatre fois par semaine! »

Le tennis léger n’est pourtant pas réservé aux personnes plus âgées. Plusieurs « jeunes » se joignent à l’horaire proposé par le Centre des Jeux du Canada, d’autant plus que les séances sont offertes de 6 h 30 à 8 h les lundis, jeudis et samedis.

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *