Accueil » Actualités » Le gouvernement du Yukon facilite l’accès à l’avortement

Le gouvernement du Yukon facilite l’accès à l’avortement

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook7Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

Dans le cadre d’un partenariat avec la Régie des hôpitaux du Yukon, le gouvernement du Yukon offre désormais la couverture universelle du Mifegymiso, le médicament utilisé dans les avortements par voie médicamenteuse.

La ministre de la Santé et des Affaires sociales, Mme Pauline Frost, a annoncé que le coût du médicament Mifegymiso serait désormais pris en charge par le gouvernement. Photo : Archives A.B.

 

Selon le gouvernement, les Yukonnaises disposeront ainsi d’une option peu restrictive et bénéficieront d’un accès plus équitable aux services d’avortement. La décision a été saluée par les professionnels de la santé au territoire : « L’Association médicale du Yukon et l’Association des infirmières et infirmiers autorisés du Yukon sont entièrement en faveur de la couverture universelle du Mifegymiso dans le territoire. Il s’agit d’une excellente nouvelle, qui fait suite à une tendance encourageante dans tout le pays — donner accès en toute sécurité à ce médicament aux femmes. »

Une solution privilégiée

Au Canada, les femmes ont deux possibilités pour interrompre volontairement une grossesse : un avortement chirurgical, dont le coût est déjà entièrement couvert, ou un avortement par voie médicamenteuse, en recourant au Mifegymiso. Utilisé depuis une trentaine d’années et déjà offert dans 60 pays, ce médicament, qui combine deux produits, peut être utilisé pour mettre fin à une grossesse jusqu’à la 9e semaine de gestation.

Le recours au Mifegymiso est souvent préférable à la solution chirurgicale. Dans le monde entier, le médicament maintient des résultats remarquables en matière de sécurité et offre une solution sûre et accessible par rapport à un avortement chirurgical. En raison de son prix de détail élevé, il reste cependant hors de la portée de beaucoup de patientes. En prenant en charge son coût, le Yukon embrasse ainsi la solution choisie par d’autres administrations canadiennes.

Sur prescription

Pour se procurer le médicament, les patientes doivent consulter leur médecin généraliste, la clinique yukonnaise de santé sexuelle ou une clinique sans rendez vous. Toute femme ayant pris du Mifegymiso doit se faire suivre par un médecin traitant. C’est pourquoi le médicament sera prescrit et couvert dans des carrefours communautaires dotés de médecins résidents à plein temps, soit Whitehorse, Haines Junction, Dawson et Watson Lake. Les résidentes d’autres collectivités peuvent se procurer gratuitement le Mifegymiso chez un médecin du carrefour communautaire le plus proche de chez elles.

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook7Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *