Accueil » À la une » Le gouvernement du Yukon dévoile sa stratégie pour faire face à l’urgence climatique

Le gouvernement du Yukon dévoile sa stratégie pour faire face à l’urgence climatique

Roselyne Gagné

Le 14 septembre dernier, le gouvernement du Yukon présentait la version définitive de son plan d’action Notre avenir propre qui vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre du territoire de 30 % sous le niveau de 2010. Cette initiative emboîte le pas à la Ville de Whitehorse et à la Première Nation des Gwitchin Vuntut, qui avaient déclaré l’état d’urgence climatique au printemps et à l’automne dernier, respectivement.

D’ici 2030, le gouvernement du Yukon souhaite que 93 % de l’électricité produite sur son réseau électrique principal provienne de sources d’énergie renouvelable.
Photo : Félix Turcotte

 

 

« Nous avons établi des priorités communes en matière d’action climatique en partenariat avec les Premières Nations du Yukon, les groupes autochtones transfrontaliers et les municipalités yukonnaises », indique le premier ministre Sandy Silver dans le document. La stratégie cible ainsi plusieurs enjeux d’importance, notamment sur le plan du chauffage et des transports routiers, qui représentaient à eux seuls près de 75 % de l’émission totale de GES du Yukon en 2017.

Une économie verte, abordable et durable

Pour répondre aux objectifs qu’il s’est fixés, le gouvernement compte principalement sur une augmentation et une diversification des sources d’énergies renouvelables locales aptes à répondre aux besoins énergétiques du territoire ainsi que sur l’électrification du secteur des transports.

Dans l’optique d’encourager les Yukonnais à changer leurs habitudes de vie, le ministre du Développement économique Ranj Pillai a aussi annoncé qu’un investissement de 18,4 millions de dollars en mesures incitatives était prévu par le gouvernement pour que le nombre de véhicules électriques sur les routes du Yukon passe de 22 à 4 800 en dix ans. Des rabais allant jusqu’à 5 000 $ seront ainsi offerts aux résidents pour l’achat de voitures électriques neuves et usagées et des remises plus modestes seront proposées pour l’acquisition de motoneiges, de motocyclettes et de bicyclettes électriques.

Sensibiliser les leaders de demain

Parmi les 131 mesures énoncées dans le plan, trois visent plus précisément l’éducation et l’habilitation des jeunes Yukonnais face aux défis qu’impose la lutte contre changements climatiques. Ceux qui seront les plus touchés par les décisions prises aujourd’hui pourront par exemple bénéficier de plus de mentorat sous forme de bourses pour leur participation à des événements nationaux et internationaux portant sur le sujet.

La stratégie implique aussi la mise en place d’un comité de jeunes qui seront invités à se prononcer et à donner des conseils au gouvernement en ce qui a trait aux changements climatiques, à l’énergie et à l’économie verte. « La façon dont [les jeunes] voient le monde et ses possibilités sont complètement différentes. Nous avons besoin de leur imagination et de leur ambition pour ériger un avenir plus vert », soutient Lenore Morris, candidate du Parti vert durant la campagne électorale de 2019.

Le secteur minier épargné

Malgré son essor fulgurant des dernières années, le secteur minier yukonnais n’a pas été pris en compte pour l’établissement des objectifs de réduction des GES. Plusieurs groupes et individus s’indignent d’ailleurs de ce passe-droit de l’industrie, dont les cibles d’intensité ne seront divulguées qu’en 2022.

« Selon le rapport, l’industrie minière contribue pour 10 % aux émissions de GES du territoire. Ça peut paraître petit, mais considérant que le poids économique du secteur représente moins de 4 %

de l’activité économique du Yukon, on comprend que sa contribution relative est énorme », déplore Mme Morris.

Les 10 % actuels pourraient par ailleurs être amenés à augmenter de façon significative dans les prochaines années en raison de l’exploitation de nouveaux gisements indépendants du réseau électrique du territoire. Pour mener à bien leurs activités, les exploitants de ces sites auront tendance à se retourner vers l’utilisation de génératrices au diésel, reconnues comme étant particulièrement polluantes du point de vue de l’émission de GES.


Comité de jeunesse recherché

Les jeunes Yukonnais âgés de 12 à 25 ans sont invités à déposer une demande de participation au comité de jeunes sur les changements climatiques, mis sur pied dans le cadre de la stratégie Notre avenir propre. Le gouvernement précise être à la recherche de jeunes issus d’une diversité culturelle, régionale et de genre sur le territoire.

Le projet, doté d’un budget de 96 000 $, choisira six à dix membres pour composer le panel. Ils accompliront des tâches variées, directement reliées aux objectifs proposés par le gouvernement. Ils seront principalement appelés à communiquer et représenter le point de vue des jeunes lors de consultations avec la fonction publique, et auront la responsabilité de sensibiliser, d’informer et d’échanger avec d’autres jeunes du territoire sur les thèmes des changements climatiques, de l’énergie et de l’économie verte.

L’organisme BYTE, qui promeut l’autonomisation des jeunes du nord du Canada et avec lequel le gouvernement s’est associé pour le projet, indique que les participants bénéficieront de formations visant à développer leur leadership et à accroître leurs connaissances en matière de changement climatique.

Pour leur implication durant leur mandat d’un an, des honoraires de 125 à 150 $ par une journée complète et de 60 à 75 $ par demi-journée seront offerts aux membres du panel. Ceux-ci devront être en mesure d’assister à des réunions virtuelles mensuelles et trois réunions présentielles. Les dépenses liées aux déplacements, à l’hébergement et aux repas seront par ailleurs couvertes par le budget du projet.

Pour être éligibles, les candidats doivent être inscrits à une école du Yukon, être un résident du territoire qui fréquente une institution scolaire à l’extérieur du Yukon, ou encore y avoir vécu pendant une période d’au moins un an. Les offres de services se font en ligne, sur le site du gouvernement du Yukon. Les jeunes intéressés ont jusqu’au 20 octobre 2020 pour faire parvenir leur demande et les candidats choisis seront annoncés en novembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *