Accueil » Actualités » Le fonds Daisy-Mason pour assurer le mieux-être des Premières Nations

Le fonds Daisy-Mason pour assurer le mieux-être des Premières Nations

Julien Latraverse

Un fonds pour soutenir des activités axées sur le mieux-être des collectivités et des personnes issues des Premières Nations sera distribué pour la première fois au Yukon le 21 juin 2020.

Photographie d’archive de Skookum Jim, à droite, avec sa fille Daisy, au centre.
Photo fournie

Le fonds Daisy-Mason offre la chance à des membres des Premières Nations du Yukon d’accéder à une bourse de 500 $ afin d’assurer la mise en place d’initiative de mieux-être des collectivités.

Ce fonds est le fruit du personnage historique yukonnais Skookum Jim. Le chercheur d’or tagish plaçait un compte en fiducie pour assurer les besoins de sa fille, Daisy, et de ses potentiels petits-enfants en 1905. Décédée en 1938, Daisy Mason ne laisse ni héritier ni héritière. L’argent, toujours dans le compte en fiducie, servira maintenant à aider les Premières Nations du territoire.

Aujourd’hui, les intérêts engrangés sur ce compte sont utilisés pour redonner aux communautés, comme l’explique la commissaire du Yukon, Angélique Bernard. « Dans une optique de réconciliation avec les Premières Nations », souligne-t-elle.

Outre le legs financier de Skookum Jim, le statut de fiduciaire du testament de la commissaire du Yukon et de l’évêque du diocèse de l’Église anglicane est lui aussi une forme d’héritage du passé. « En nous mettant [le poste du commissaire du Yukon et de l’évêque du diocèse de l’Église anglicane] sur le testament, c’était une façon d’assurer la stabilité du fonds », explique Mme Bernard. « Les gens changent toujours, mais le poste reste », ajoute-t-elle, de surcroît.

En plus de fournir maintenant des fonds pour organiser des ateliers, des formations ou des semaines de ressourcement, l’argent placé par Skookum Jim a entre autres servi à construire son éponyme centre de l’amitié en 1962 ainsi que sa rénovation en 1983.

La commissaire du Yukon, Angélique Bernard, rappelle que la date limite pour déposer une candidature est le 15 mai. Toutes les personnes des Premières Nations du Yukon peuvent présenter leur projet à la commissaire, individuellement ou en groupe. La remise de la bourse aura lieu le 21 juin, lors de la Journée nationale des peuples autochtones. La commissaire affirme préparer des « plans B, C ou D » pour assurer la remise du prix malgré les restrictions liées à la COVID-19.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *