Accueil » Courrier » Le charme des gens et du décor du Nord canadien

Le charme des gens et du décor du Nord canadien

Le charme des gens et du décor du Nord canadien
PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

Madame, Monsieur,

Le premier ministre Stephen Harper se plaît à dépeindre le Nord canadien comme un vaste désert que nous devons protéger, mais cette région est habitée depuis des millénaires et la voix des gens qui y vivent n’est pas entendue à Ottawa.

Pour prendre le pouls des résidents du Nord, je me suis rendu dans les Territoires du Nord‑Ouest et au Nunavut cet hiver avec mon fils aîné, Xavier, tout comme mon père l’a fait avec moi il y a 30 ans. Je tenais à faire l’expérience des défis très concrets que la population du Nord doit relever au quotidien, et à constater par moi‑même l’énorme potentiel de développement économique durable de la région.

Afin que ce potentiel puisse être réalisé, le gouvernement fédéral doit être disposé à collaborer avec les gens du Nord. Dans la seule région du pays où les assemblées législatives gouvernent par consensus, les gens ici savent mieux que la plupart que ce n’est pas en s’accusant mutuellement ou en soulignant les différences que l’on règle les problèmes, mais bien en travaillant main dans la main.

Le Nord a besoin d’un partenaire à Ottawa qui investit dans sa population, son infrastructure et son potentiel de recherche pour assurer cette croissance. Les peuples autochtones et tous les résidents du Nord appuient le développement responsable, mais ils savent aussi que ce développement doit être effectué correctement et, en cela, ils partagent l’avis de la plupart des Canadiennes et des Canadiens. Rompant avec le passé, nous reconnaissons maintenant que les grands projets de développement doivent être sanctionnés par la société et respectueux de l’environnement. Tout plan doit reposer sur la consultation et le partenariat, surtout avec les peuples autochtones.

Dans le Nord, le coût de nombreux biens essentiels est ahurissant comparativement à la situation plus au sud. J’ai eu des discussions franches avec les gens de la soupe populaire de la Qayuqtuvik Society au sujet de la réalité à laquelle sont confrontés de nombreux résidents du Nord qui n’ont pas accès à des biens de première nécessité. L’échec du programme Nutrition Nord du gouvernement fédéral visant à rendre les aliments nutritifs plus accessibles est carrément inacceptable. Ce mécanisme doit être reconstruit.

La première fois que les gens du Sud viennent dans le Nord, ils sont frappés par la météo, la terre et l’immensité du territoire. Mais on est également impressionnés par les gens : par leur chaleur, leur force et leur résilience. Cet esprit s’est incarné dans l’Inuvik Sunrise Festival, auquel Xavier et moi avons participé et au cours duquel la communauté célèbre le premier lever de soleil après 30 jours d’obscurité hivernale.

La souveraineté dans le Nord résulte non seulement des dépenses pour sa défense et de la présence de navires de la Garde côtière, mais aussi des Canadiennes et des Canadiens qui y vivent et qui y ont habité depuis toujours.

Cordialement,
Justin Trudeau,
Chef du Parti libéral du Canada

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0


Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *