Accueil » À la une » La ville de Whitehorse nommée « communauté accueillante » en immigration

La ville de Whitehorse nommée « communauté accueillante » en immigration

Kelly Tabuteau

Le 23 mai dernier, au Centre de la francophonie, le député fédéral Larry Bagnell a officiellement annoncé un investissement financier pour un nouveau projet en immigration francophone.

« Whitehorse est une terre d’accueil où il fait bon vivre et cette initiative importante et rassembleuse aidera les nouveaux arrivants à se sentir chez eux au Yukon. Les partenaires communautaires travaillent de concert afin que l’initiative favorise l’intégration et la rétention des immigrants francophones au sein de notre communauté et leur permette de contribuer à la vitalité de la Franco-Yukonnie. » a déclaré Jeanne Beaudoin, présidente de l’Association franco-yukonnaise lors de l’annonce officielle.
Photo : Maryne Dumaine

 

Le Yukon se place fièrement sur la troisième marche du podium canadien en matière de juridiction la plus bilingue en pourcentage. Ce chiffre résulte, en partie, d’une migration interne de Franco-Canadiens, mais aussi de l’immigration francophone. En effet, aujourd’hui, ce ne sont pas moins de 15 % des Franco-Yukonnais qui ont choisi le Canada comme deuxième pays pour s’établir. Depuis jeudi dernier, la ville du cheval blanc est reconnue comme « communauté francophone accueillante », permettant ainsi au Réseau en immigration francophone du Yukon (RIFY) de recevoir des fonds complémentaires pour améliorer les services existants, en développer de nouveaux, organiser des activités… Cet investissement, annoncé dans le cadre du Plan d’action pour les langues officielles 2018—2023 du gouvernement du Canada, permettra ainsi à la ville Whitehorse et à treize autres municipalités du pays de se partager une enveloppe de 12,6 millions de dollars sur trois ans.

Initiative pancanadienne

L’initiative des « communautés francophones accueillantes » est un projet pilote dirigé conjointement par Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) et les communautés francophones en situation minoritaire (CSFM), lesquelles sont représentées par les treize Réseaux en immigration francophone (RIF) du pays, la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada (FCFA), et le Comité atlantique sur l’immigration francophone (CAIF). Son objectif principal est d’accroître la vitalité des communautés francophones en situation minoritaire afin de favoriser l’intégration et la rétention des nouveaux arrivants.

Jeanne Brais-Chaput, agente de projets en immigration par intérim à l’Association franco-yukonnaise (AFY), explique : « Le projet a une approche de “par et pour les francophones”. C’est à nous [les francophones] de déterminer ce qui manque dans notre communauté francophone de Whitehorse pour la rendre encore plus accueillante. » Elle ajoute : « En accueillant mieux les immigrants, ils se sentiront à leur place et seront plus susceptibles de rester. »

Première étape : un plan communautaire

Le financement ainsi octroyé devrait permettre de créer des programmes et des activités pour offrir des services d’accueil de haute qualité aux nouveaux arrivants qui s’expriment dans la langue de Molière. Il apparaît donc évident que la première étape du processus passe par un état des lieux des services présentement offerts en français. Pour ce faire, un Conseil consultatif communautaire, piloté par Jeanne Brais-Chaput, et où siègent des représentants du Partenariat communauté en santé, de la Commission scolaire francophone du Yukon, de l’Association franco-yukonnaise et une personne immigrante, a été mis sur pied. Outre l’élaboration d’un inventaire des services existants, il travaille sur les moyens de sonder la population. Édith Bélanger, directrice du développement économique par intérim à l’AFY, confie : « Il est important de savoir quels services fonctionnent bien, quels services ne sont pas utilisés par les immigrants et pourquoi, ou encore quels services majeurs manquants pourraient être mis en place. »

Jusqu’à présent, deux groupes de discussion devraient être formés en juin afin de recueillir les commentaires des immigrants d’expression française. Puis, un forum où des acteurs non impliqués dans le projet seront conviés pour partager leurs opinions se tiendra au début du mois de septembre. À l’issue de cette phase de consultation, un plan communautaire présentant les activités et les projets qui devraient être mis en œuvre pour rendre la ville de Whitehorse plus accueillante sera élaboré. Ce plan sera validé par le RIFY, puis présenté à IRCC, qui se prononcera alors sur les fonds octroyés pour aller de l’avant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *