Accueil » Actualités » Art et culture » La tournée Juste pour rire s’arrête à Whitehorse

La tournée Juste pour rire s’arrête à Whitehorse

Julien Latraverse

Des sommités de la scène de l’humour francophone s’arrêteront à Whitehorse dans le cadre de la tournée Juste pour rire le 5 mars prochain au Guild Hall. L’humour local ne sera pas en reste : Ulysse Girard proposera sa première prestation professionnelle d’humour au Yukon.

Percer le monde de la scène à Montréal ne sera pas facile, mais l’adolescent à plus d’un tour dans son sac. « J’ai des avantages ; des Ulysse du Yukon, il n’y en a pas beaucoup! ».
Photo : Julien Latraverse

Claudine Mercier, Sinem Kara, Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques, Pierre-Yves Roy-Desmarais et le Franco-Yukonnais Ulysse Girard partageront la scène du Guild Hall le 5 mars prochain.

L’événement produit dans le cadre des Rendez-vous de la Francophonie offrira la chance à la communauté yukonnaise de rire dans la langue de Molière. Cette opportunité, anodine aux premiers abords, est néanmoins exceptionnelle dans le Nord.

Le novice de l’humour, Ulysse Girard en témoigne : il s’agira de sa première prestation en français devant une foule du Yukon. Pour l’occasion, l’adolescent de dix-sept ans proposera un numéro d’une dizaine de minutes. « Je n’ai jamais fait ça. D’habitude, on me demande de faire des cinq minutes », déclare l’étudiant. Une expérience certes anxiogène, mais Ulysse reconnaît la chance unique qui se présente à lui. « Ça me rassure un petit peu », avance-t-il. « D’avoir eux autres [les humoristes] autour […] ça pourrait m’amener des opportunités plus loin, au Québec », ajoute-t-il.

Le but d’Ulysse Girard est clair : faire de l’humour. Présentement en dernière année d’étude au programme MAD à l’École secondaire de la rue Wood, l’adolescent se prépare déjà à déménager cet été dans la belle province afin de poursuivre son rêve. L’admission à l’École nationale de l’humour (ENH), basée à Montréal, n’est pas une mince affaire. « Je ne sais pas s’ils vont prendre un jeune qui sort directement du secondaire », reconnaît-il lui-même. « Je peux toujours aller au CÉGEP et me réessayer [pour l’ENH] deux, trois ans après », souligne avec détermination Ulysse Girard.

Des billets sont mis en vente dès maintenant pour assister à la représentation. Une réduction de 10 % sur le prix est offerte aux membres de l’Association franco-yukonnaise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *