Accueil » Actualités » La première famille de réfugiés syriens arrivera sous peu

La première famille de réfugiés syriens arrivera sous peu

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook12Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

Françoise La Roche

Le Yukon sera la terre d’accueil de deux familles de réfugiés syriens et d’un étudiant. Dans un élan de générosité communautaire, les Yukonnais se sont mobilisés et leurs efforts ont porté des fruits.

C’est ainsi que les organismes Yukon Cares et l’Église baptiste de Riverdale parraineront deux familles. D’autre part, le Collège du Yukon en collaboration avec le World University Service of Canada (WUSC) Student Refugee Program est en processus de parrainer un étudiant réfugié.

Fin prêt pour l’accueil d’une première famille

En ce qui concerne les premiers arrivants au territoire, Raquel De Queiroz, fondatrice de Yukon Cares, explique : « Le processus est bien avancé : la famille est choisie (8 enfants), ils doivent maintenant passer les tests médicaux et de sécurité. Nous espérons qu’ils arriveront avec le groupe des premiers 10 000 réfugiés avant la fin de l’année. »

Après avoir vu la photo du bambin mort sur la plage, Raquel De Queiroz a organisé le 14 septembre une rencontre d’information sur la façon d’aider les réfugiés. Plus de 100 personnes se sont présentées. L’organisme Yukon Cares s’est ainsi formé et est fier d’accueillir une famille de Syriens à Whitehorse prochainement. Photo : Françoise La Roche

Après avoir vu la photo du bambin mort sur la plage, Raquel De Queiroz a organisé le 14 septembre une rencontre d’information sur la façon d’aider les réfugiés. Plus de 100 personnes se sont présentées. L’organisme Yukon Cares s’est ainsi formé et est fier d’accueillir une famille de Syriens à Whitehorse prochainement. Photo : Françoise La Roche

Une maison de quatre chambres à coucher attend les réfugiés. Grâce à des dons, elle est maintenant entièrement meublée. De plus, l’organisme a rassemblé tous les articles et vêtements nécessaires à assurer le confort de tous les membres de la famille… et même plus.

Mais Yukon Cares continue de solliciter la communauté pour d’autres dons pour une deuxième famille que l’Église baptiste de Riverdale soutiendra. « Nous les aiderons dans la collecte de fonds et on leur remettra l’argent en trop que nous avons pour notre famille », précise Mme De Queiroz. « L’identité de ces personnes n’est pas encore connue, car le processus des applications n’est pas terminé. »

Raquel De Queiroz assure que la collecte de fonds s’est avérée aisée. « C’était facile! J’ai mis sur pied un compte GoFundMe auquel les membres de la communauté ont généreusement contribué. On a organisé un souper-spaghetti pour récolter de l’argent et on a amassé 12 000 $ en une soirée. Les gens ont aussi donné par l’entremise des églises et de certaines entreprises. »

L’apport du gouvernement

Joint par téléphone, le ministre de l’Éducation Doug Graham a commenté : « Le gouvernement s’engage à soutenir les deux groupes qui parrainent des familles de réfugiés en donnant l’équivalent de la somme amassée jusqu’à concurrence de 18 500 $, ce qui correspond à la moitié du fonds récolté par ces organismes. »

Questionné sur la raison pour laquelle le gouvernement ne s’engage à financer que la moitié de la somme recueillie par Yukon Cares, le ministre de l’Éducation a répondu : « Nous pensons que c’est une offre convenable puisque nous contribuons de bien d’autres façons. Nous subventionnons le Centre multiculturel du Yukon qui donnera des cours d’anglais aux réfugiés et des services préemploi. De plus, les enfants de ces familles iront à l’école et profiteront des cours d’anglais langue seconde donnés par des professeurs du ministère de l’Éducation. »

En outre, M. Graham a ajouté : « Selon les dires du ministre de l’Immigration du Canada, le gouvernement fédéral remettra en vigueur le programme qui assume les frais de santé des réfugiés pour une période d’un an. Normalement, dans les cas d’immigration, le gouvernement du Canada est responsable pour trois mois. Par la suite, c’est le gouvernement territorial qui doit prendre la relève. »

Parrainage d’un étudiant

Du côté du Collège du Yukon, des efforts sont déployés pour accueillir un étudiant syrien en septembre 2016. Gabriel Ellis, coordonnateur de l’Éducation de base aux adultes, travaille de concert avec le World University Service of Canada (WUSC) Student Refugee Program. « Ce groupe nous aide avec la première sélection des étudiants en testant leur degré de connaissance de l’anglais. Ensuite, il nous enverra une liste d’une dizaine de candidats potentiels. Un seul postulant sera choisi par notre comité de cinq personnes », explique M. Ellis.

Selon M. Ellis, le budget tournerait autour de 30 000 $ pour payer le logement, la nourriture, les frais de scolarité et de transport. « Nous devons pouvoir subvenir aux besoins de l’étudiant pour un minimum d’un an », renchérit-il.

À ce jour, la cagnotte renferme 10 000 $, dont 5 000 $ proviennent du conseil étudiant du Collège. C’est le personnel enseignant qui a contribué au reste des fonds.

L’Aurore boréale a demandé au ministre Doug Graham si le gouvernement comptait soutenir ce parrainage. Celui-ci a répondu : « Nous n’avons pas encore eu de discussion avec le Collège du Yukon à cet effet, mais ce n’est pas notre intention. Nous mettons l’accent sur l’accueil de familles de réfugiés. Mais je ne sais pas ce que le Collège du Yukon propose comme parrainage. »

Il est toujours temps de contribuer aux collectes de fonds. Surveillez les journaux pour connaître les événements qu’organisera le Collège du Yukon au cours de l’année ou visitez la page Facebook ou la page de levée de fonds de Yukon Cares.

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook12Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0


Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *