Accueil » À la une » La nouvelle stratégie yukonnaise sur les changements climatiques verra le jour en 2020

La nouvelle stratégie yukonnaise sur les changements climatiques verra le jour en 2020

Kelly Tabuteau — Initiative de journalisme local — APF

Cette semaine marquait la fin des rencontres de la phase deux de la consultation publique liée à la nouvelle stratégie environnementale pour le Yukon. Équipée d’une documentation entièrement bilingue, la population yukonnaise était invitée à formuler ses commentaires pour permettre au gouvernement du Yukon de rédiger la version définitive de sa stratégie.

Cette semaine avaient lieu les deux dernières rencontres de la phase II de la consultation publique sur la nouvelle stratégie environnementale du territoire, Notre avenir propre. Aletta Leitch, chef de projet senior au gouvernement du Yukon, était présente pour récolter les commentaires de la population yukonnaise.
Photo : Moe Zargaran

 

Depuis 2009, le gouvernement du Yukon (GY) s’appuyait sur le Plan d’action sur le changement climatique et la Stratégie énergétique du Yukon pour mettre en place des initiatives permettant au territoire de se développer économiquement d’une façon durable vis-à-vis des changements climatiques. Puisque la crise climatique s’est accentuée au cours de la dernière décennie, la mise à jour de ces deux documents s’est avérée essentielle. Ainsi, cela fait plus de deux ans que le gouvernement travaille, en collaboration avec les Premières Nations du Yukon, les groupes autochtones frontaliers, les Inuvialuit et les municipalités territoriales, sur l’élaboration d’une stratégie sur les changements climatiques, l’énergie et l’économie verte pour le Yukon.

Bref historique du projet

En août 2017, le gouvernement du Yukon lançait le document Changements climatiques, énergie et économie verte : qu’est-ce qui vous tient à cœur?, un document de consultation adressé à la population yukonnaise afin de sonder les priorités du public. Une première phase de consultation a alors eu lieu à l’automne 2018. Celle-ci a permis de dégager les axes de rédaction de la version préliminaire de la stratégie dévoilée en novembre 2019.

Cette première ébauche expose une vision commune de tous les ordres de gouvernement du Yukon (et de ses habitants) et recense plus de 140 mesures que le GY s’engage à instaurer d’ici 2030, afin de répondre aux besoins du territoire dans les secteurs de l’énergie et de l’économie. En décembre 2019, elle a été présentée à la population lors de rencontres publiques afin de répertorier des rétroactions permettant de finaliser le document. La phase deux de consultation prendra officiellement fin le 17 janvier 2020, date limite pour remplir, en ligne ou sur papier, un questionnaire offrant ainsi la possibilité à tout un chacun de donner son avis sur Notre avenir propre. « À ce moment-là, nous pourrons voir combien de commentaires nous avons reçus au total et si les Yukonnais sont généralement d’accord avec la stratégie. Jusqu’à présent, le projet a été bien accueilli », confie Aletta Leitch, chef de projet senior au secrétariat du changement climatique, département Environnement du GY.

Priorités environnementales

La stratégie s’articule autour de six axes principaux (transports, maisons et bâtiments, production d’énergie, collectivités, innovation et leadership) pour lesquels des objectifs ont été identifiés. Ces objectifs doivent eux-mêmes répondre à au moins l’un des buts retenus par le GY : réduire les émissions de gaz à effet de serre, donner accès à une source fiable et abordable d’énergies renouvelables, s’adapter aux changements climatiques et bâtir une économie verte. À l’aide de statistiques informatives, le GY expose les mesures qui seront mises en œuvre dans la prochaine décennie et quel département du gouvernement en aura l’imputabilité. On y apprend notamment que les transports sont responsables de 62 % des émissions de gaz à effet de serre du territoire, que le chauffage représente 21 % de ces émissions et que seulement 20 % environ de l’énergie consommée provient de ressources renouvelables.

Parmi les objectifs énoncés dans la stratégie, on note l’augmentation du nombre de véhicules sans émissions sur les routes, la mise en place de mesures incitatives pour utiliser davantage les transports en commun, la recherche de méthodes de constructions résilientes face aux changements climatiques (fonte du pergélisol), l’amélioration de l’efficacité énergétique des bâtis existants, ou encore la hausse de l’utilisation d’énergies renouvelables pour le chauffage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *